POLITIQUE
30/07/2018 16:29 EDT | Actualisé 30/07/2018 16:59 EDT

Caméras et appâts installés dans Ahuntsic-Cartierville pour repérer les coyotes

Valérie Plante dit tout mettre en oeuvre pour éviter les attaques de coyotes.

Photo d'archives d'un coyote.
FOTOimage via Getty Images
Photo d'archives d'un coyote.

La mairesse de Montréal affirme que son administration met tout en oeuvre pour repérer un coyote qui pourrait avoir attaqué trois jeunes enfants la semaine dernière.

Valérie Plante a dit aux journalistes, lundi, que la municipalité travaillait avec une entreprise privée pour localiser et appâter les coyotes, particulièrement les bêtes malades qui pourraient avoir des comportements agressifs.

Dans la foulée des incidents de la semaine dernière, la Ville a installé des caméras et des appâts, en plus d'avoir augmenté la présence des employés municipaux dans le quartier Ahuntsic-Cartierville, où sont survenues les attaques.

LIRE AUSSI:

Selon la mairesse, il n'est pas souhaitable de retirer les animaux de l'île, parce que cela pourrait perturber l'écosystème, et que les bêtes vont tout simplement revenir.

Montréal a lancé un programme de gestion des coyotes plus tôt cette année, alors que plusieurs coyotes ont été aperçus dans la métropole.

Près de 600 signalements ont été faits en moins d'un an.

«L'idée c'est de (se dire): comment on peut gérer les cas problématiques et, en même temps, sensibiliser et renseigner la population, mais on suit la situation de très, très près», a déclaré la mairesse Plante.

Pour le parti d'opposition Ensemble Montréal, toutefois, l'approche de l'administration Plante est insuffisante.

«En choisissant de tout miser sur la cohabitation avec ces animaux sauvages, l'administration de Projet Montréal refuse de prendre ses responsabilités et d'assurer la sécurité des plus vulnérables. Ses "brigades d'effarouchement" ne donnent pas les résultats escomptés. Les coyotes sont plus nombreux que jamais et n'hésitent plus à attaquer. Les familles ont maintenant peur de fréquenter les parcs du secteur. Est-ce la nouvelle réalité pour les résidents du quartier?» a affirmé Lionel Perez, chef d'Ensemble Montréal.

M. Perez suggère d'imposer des amendes aux personnes qui nourrissent les coyotes.