POLITIQUE
28/07/2018 13:09 EDT | Actualisé 28/07/2018 13:09 EDT

La candidate caquiste Caroline Proulx change sous les yeux des électeurs

D'animatrice à candidate.

Facebook - Caroline Proulx - Coalition Avenir Québec

Depuis la fin du mois d'avril, moment où elle a officiellement annoncé sa candidature pour la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la circonscription de Berthier, dans la région de Lanaudière, Caroline Proulx a commencé à subir une métamorphose dans l'opinion publique.

Dans le cadre d'une entrevue avec La Presse canadienne, Mme Proulx a soutenu que ses concitoyens la perçoivent de moins en moins comme une animatrice et une commentatrice et de plus en plus comme une femme politique en devenir.

Elle a indiqué avoir constaté que les auditeurs et les téléspectateurs ne lui parlent plus tellement de sa carrière médiatique.

À la place, "ils lui adressent [désormais] la parole en tant que candidate pour la CAQ".

Ce virage qui s'est opéré en un tour de main n'effraie pas la principale intéressée.

Au contraire, il l'emballe.

"Je suis très heureuse d'accueillir les gens, de parler de leurs préoccupations, de leurs intérêts avec eux", a-t-elle raconté, d'un ton enthousiaste.

Selon Caroline Proulx, bien des électrices lui livrent le même commentaire encourageant.

"J'entends souvent des femmes me dire qu'elles sont contentes de me voir faire le saut en politique", a-t-elle souligné fièrement.

Même si elle a la nette impression de jouir d'un certain capital de sympathie, l'aspirante députée a visiblement décidé de jouer la carte de la modestie.

"Je suis extrêmement bien reçue. Ça me fait vraiment chaud au coeur. Les gens ont une très bonne écoute [...], mais j'ai tout à apprendre. Je vais commencer par le commencement", a reconnu Mme Proulx.

"Je suis convaincue que j'aurai la piqûre pour la politique et que je serai passionnée par tout ce que je vais découvrir", s'est-elle empressée d'ajouter.

Caroline Proulx piaffe donc impatience à l'approche du déclenchement de la campagne électorale dans la province.

"Moi, je suis prête. Je suis installée dans mon comté depuis la fin du mois de mai. J'ai hâte que ça démarre tout ça. Je vais vivre une expérience qui, je le sais, va me marquer pour le restant de mes jours", a-t-elle mentionné.

Mme Proulx a bon espoir de pouvoir l'emporter en tablant sur la lassitude des citoyens de sa circonscription.

"Le mot "changement'' est celui que j'entends le plus de la part des gens que je rencontre. Je sens de la fatigue par rapport au gouvernement qui est en place", a-t-elle rapporté.

Caroline Proulx entend également miser sur ce qu'elle perçoit comme étant un sentiment d'abandon chez les électeurs.

"J'imagine que la région de Lanaudière n'a pas été une priorité pour le gouvernement libéral. Si vous me passez l'expression, ici, il y a beaucoup de "Québécois de souche'' francophones et nationalistes. Peut-être que c'est une clientèle qui vote moins pour le Parti libéral", a-t-elle déclaré.

l'occasion du plus récent scrutin général en 2014, le péquiste André Villeneuve s'était imposé dans Berthier en récoltant 15 070 voix alors que la caquiste Élizabeth Leclerc et le libéral Pierre-Luc Bellerose avaient respectivement cumulé 11 814 et 7570 votes.

M. Villeneuve représente cette circonscription à l'Assemblée nationale depuis bientôt dix ans.

L'Action démocratique, l'ancêtre de la CAQ, a remporté ce comté à deux reprises: en 2002, Marie Grégoire l'avait emporté lors d'une partielle et en 2004, François Benjamin au cours des élections générales.