NOUVELLES
26/07/2018 06:25 EDT | Actualisé 26/07/2018 06:25 EDT

La grève est terminée chez CAE

La grève avait été déclenchée le 22 juin.

Christinne Muschi / Reuters

La grève est terminée pour les quelque 475 travailleurs montréalais de CAE. Ils seront de retour au travail jeudi.

Les membres de la section locale 522 d'Unifor ont entériné, mercredi, dans une proportion de 83 pour cent une entente de principe conclue en début de semaine avec l'entreprise spécialisée dans les simulateurs de vol et la formation.

Selon un communiqué syndical publié mercredi soir, il s'agit d'un pacte de quatre ans, et une cinquième année pourrait être ajoutée conditionnellement à la réalisation d'un investissement de 7 millions $ dans les installations de l'arrondissement montréalais de Saint-Laurent.

La nouvelle convention collective contiendrait des augmentations salariales de trois pour cent pour les trois premières années, et de 2,75 pour cent pour chacune des années subséquentes.

Au moment du déclenchement du conflit, l'offre de l'employeur était de 11,5 pour cent. Aujourd'hui, les gens ont voté sur une offre de 14,5 pour cent. Renaud Gagné, directeur québécois d'Unifor

Les enjeux étaient nombreux dans cette négociation alors que l'employeur avait des demandes de concessions importantes, d'après le syndicat affilié à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).

Daniel St-Pierre, représentant national d'Unifor, affirme avoir réussi à préserver les acquis des travailleurs en maintenant leur régime de retraite à prestations déterminées tout en obtenant des gains importants pour les salariés qui ont moins d'ancienneté.

Renaud Gagné indique que les parties se sont aussi entendues pour recourir aux services de médiation du ministère du Travail, de l'Emploi, de la Solidarité sociale dans le but de faciliter et d'améliorer la qualité des relations de travail. Il ajoute que lorsque le retour au travail sera complété dans quelques semaines, l'objectif sera de corriger les lacunes de communication et de transparence, afin de rebâtir la confiance avec la direction.

Les salariés affectés à la production de simulateurs avaient rejeté les offres patronales à 93 pour cent, puis déclenché la grève le 22 juin.