NOUVELLES
26/07/2018 12:16 EDT | Actualisé 26/07/2018 12:16 EDT

Les États-Unis croient qu'une entente sur l'ALÉNA est possible en août

«Mon sentiment est que ce n'est pas une échéance déraisonnable», a indiqué le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer.

Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, lors de son audition devant un comité du Sénat.
Mary Calvert / Reuters
Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, lors de son audition devant un comité du Sénat.

Le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer a indiqué jeudi qu'un accord pourrait être trouvé en août sur la renégociation du traité de libre-échange nord-américain (Aléna) qui unit les Etats-Unis au Canada et au Mexique.

"On cherche à conclure (les négociations) au cours du mois d'août et mon sentiment est que ce n'est pas une échéance déraisonnable si tout le monde veut que cela se fasse", a-t-il déclaré lors d'une audition au Sénat.

Plus tôt, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin avait lui-même indiqué que Washington espérait nouer "un accord de principe" prochainement.

Ces déclarations interviennent alors que le ministre mexicain des Affaires étrangères Luis Videgaray ainsi que le ministre mexicain de l'Economie Ildefonso Guajardo sont à Washington jeudi pour reprendre les discussions avec les représentants américains dont Robert Lighthizer.

Des membres de l'équipe du président élu mexicain Andres Manuel Lopez Obrador seront également présents en tant qu'observateurs.

LIRE AUSSI:

De son côté, le gouvernement mexicain a indiqué qu'un accord sur l'Aléna pourrait être trouvé d'ici la fin du mandat du président Enrique Pena Nieto prévue le 30 novembre.

Pour autant, la forme que l'accord pourrait prendre est incertaine.

Mercredi le Mexique et le Canada ont réaffirmé leur volonté de maintenir le caractère trilatéral du traité malgré les menaces de Donald Trump d'opter pour des accords bilatéraux.

Mais Steven Mnuchin a souligné jeudi que Donald Trump n'excluait toujours pas l'adoption d'accords bilatéraux Etats-Unis/Canada et Etats-Unis/Mexique.

Voir aussi:

Les tractations pour moderniser l'Aléna ont été entamées il y a près d'un an, mi-août 2017, à la demande de Donald Trump, qui juge cet accord responsable de la disparition de milliers d'emplois dans son pays, en particulier dans le secteur automobile.

Si les trois pays sont convenus que cet accord, en vigueur depuis 1994, avait besoin d'être modernisé, les tractations ont achoppé sur les exigences de l'administration Trump. Cette dernière veut notamment imposer une "clause crépusculaire" ("sunset clause"), qui, tous les cinq ans, permettrait aux parties de mettre fin à l'accord.

La Maison Blanche entend aussi augmenter considérablement la part des composants américains dans le secteur automobile.

Après sept sessions de discussions, les tractations s'étaient arrêtées mi-juin, à l'approche des élections mexicaines du 1er juillet.