BIEN-ÊTRE
23/07/2018 15:52 EDT | Actualisé 24/07/2018 10:51 EDT

Québec parmi les meilleures villes canadiennes où trouver un emploi et une maison abordable

Les Prairies ne sont plus un Eldorado.

Oubliez l'Ouest canadien, les capitales ont la cote ces temps-ci.

Des économistes de la Banque de Montréal (BMO) ont classé vingt villes canadiennes et l'Île-du-Prince-Édouard en fonction de la vigueur de leur marché de l'emploi, du prix des maisons et des taxes.

«Il y a principalement deux raisons pour déménager: pour trouver un emploi si vous n'en avez pas ou pour accepter un emploi plus payant», écrit l'économiste senior de BMO, Robert Kavcic, dans le rapport.

Le classement BMO sur les marchés de l'emploi est basé purement sur les chiffres. «Il y a d'autres facteurs importants à considérer, comme "montagnes ou lacs" ou "fruits de mer ou steak", mais tout ce qui se rapporte au style de vie a été ignoré dans le cadre de ce classement», explique Kavcic.

BMO s'est penché sur des facteurs comme le revenu médian des ménages, la croissance de l'emploi, le marché immobilier et le prix des loyers pour créer son classement.

Ils ont identifié «quelques changements importants» depuis leur dernier classement du genre, il y a cinq ans. En 2013, la liste était dominée par des villes de l'Ouest canadien, qui profitaient du boom du prix du pétrole. Aujourd'hui, le portrait est complètement différent.

HuffPost Canada/BMO

Les deux villes en tête du classement - Ottawa et Québec - sont toutes deux des capitales, tout comme la seule ville des Prairies à se tailler une place dans le top-5, Edmonton.

Montréal se taille quant à elle la 11e place.

À noter: les villes de Toronto et de Vancouver ne se retrouvent pas dans le haut du classement. Une absence qui s'explique par les coûts exorbitants pour s'y loger.

Ottawa

rabbit75_ist via Getty Images

La ville en tête de classement a connu quelques années de vache maigre, d'un point de vue économique, «avant qu'une vague d'embauches au sein du gouvernement fédéral relance l'économie», selon BMO. Les ménages y ont le plus haut revenu médian au pays et «les prix des maisons demeurent abordables malgré une accélération récente du marché».

Toutefois, cela pourrait ne pas durer. Le marché immobilier est en hausse et la ville commence à voir des surenchères dignes de Toronto. Raison de plus pour y déménager maintenant.

Québec

Onfokus via Getty Images

Se taillant une enviable deuxième place au classement BMO, Québec peut se vanter d'avoir eu le taux de chômage le plus bas au pays pour la première moitié de l'année en cours, à 3,6%.

«En plus, on y trouve certaines des propriétés les plus abordables du Canada», dit BMO.

Hamilton

Arpad Benedek via Getty Images

Le succès d'Hamilton pourrait avoir beaucoup à voir avec le dynamisme économique de Toronto, quelques kilomètres à l'est. Le flot de Torontois déménageant à Hamilton pour trouver un logement plus abordable a certainement injecté beaucoup d'argent dans le marché.

Comme les données sur l'emploi sont liées au lieu de résidence des personnes, et non à leur lieu de travail, c'est la force de l'économie torontoise combinée au marché immobilier raisonnable de Hamilton qui a propulsé cette dernière au troisième rang.

Bank of Montreal

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.

À voir aussi: