POLITIQUE
23/07/2018 19:57 EDT | Actualisé 23/07/2018 19:57 EDT

Un manifestant qui a harangué Trudeau accusé d'entrave à un agent de la paix

Si l'affaire n'est pas réglée d'ici le 1er octobre, l'homme de 31 ans — qui est membre d'un parti politique — ne pourra pas voter, a indiqué Me Michaud.

Getty Images

Un manifestant qui avait harangué le premier ministre Justin Trudeau lors de son passage à Montréal pour les célébrations de la Fête nationale a comparu en cour, lundi, et a plaidé non coupable à une accusation d'entrave à un agent de la paix dans l'exercice de ses fonctions.

La Couronne a refusé de retirer une condition de libération qui empêche Mathieu Brien de participer à des activités politiques ou d'être en présence d'un politicien, a indiqué son avocat, Marc Michaud.

Si l'affaire n'est pas réglée d'ici le 1er octobre, l'homme de 31 ans — qui est membre d'un parti politique — ne pourra pas voter, a indiqué Me Michaud.

En entrevue, l'avocat a plaidé que les droits politiques de son client étaient bafoués.

Mathieu Brien avait confronté M. Trudeau le 23 juin dernier, au moment où le premier ministre saluait des citoyens au parc Jarry, qui est situé dans sa circonscription de Papineau. L'individu avait reproché à M. Trudeau «d'être venu nous narguer chez nous».

Justin Trudeau avait répondu qu'il était chez lui.

Marc Michaud a expliqué que l'accusation d'obstruction était liée à ce qui est arrivé après que son client eut fait ces commentaires, mais il n'a pas donné de détail. Il déposera une requête en Cour supérieure cette semaine afin d'annuler la condition de libération qui empêche son client de participer à des activités politiques.

«Si mon client peut s'exprimer et que le premier ministre lui répond, pour quelle raison on lui interdit d'avoir toute occupation politique?», a indiqué Me Michaud au palais de justice.

Mathieu Brien est membre d'un parti souverainiste, mais Me Michaud n'a pas voulu préciser lequel. Selon certains médias, M. Brien milite au Bloc québécois.

«Moi j'ai l'impression que c'est une farce, ce premier ministre-là. J'ai l'impression que 50 ans plus tard, il fait comme son père, mais c'est ridicule à mon sens», a-t-il déclaré aux journalistes.

«Je ne pouvais pas ne rien faire, je ne pouvais pas laisser ça passer.»