DIVERTISSEMENT
23/07/2018 06:49 EDT | Actualisé 23/07/2018 06:50 EDT

Juste pour rire: un gala multiculturel pour Jérémy Demay

«C’était un gala à ton image : grand et long», a blagué son comparse Laurent Paquin.

Éric Myre

Quelques humoristes parmi les vieux de la vieille, plusieurs jeunes comiques aux racines bien diversifiées: Jérémy Demay tenait visiblement à insuffler un vent de diversité à son gala Juste pour rire, dimanche soir à la salle Wilfrid-Pelletier. Porté par l'énergie particulièrement communicative d'un public en vacances, le fougueux animateur peut désormais se vanter d'avoir été à la hauteur (!) de ce premier mandat qui lui avait été donné.

Des blagues en vracs et quelques allusions à Gilbert Rozon

«Je ne vous cacherai pas que cela (ce gala) a failli ne pas avoir lieu, à cause d'un petit problème de direction», a lancé l'animateur Jérémy Demay en entamant son énergique numéro d'ouverture. «Demander à un Français d'animer un gala Juste pour rire, c'est comme demander à Stéphane Rousseau d'animer un show télé, ça se peut que ça ne lève pas», a ajouté l'humoriste né dans la capitale française.

En soulignant que le nouveau copropriétaire du festival, Howie Mandel, est un germophobe, Demay a renchéri en ajoutant que «c'était quand même rassurant de savoir que le nouveau président de Juste pour rire ne touchera jamais à personne», avant d'aborder le thème du monde de l'image en faisant référence à l'histoire de l'animateur déchu Éric Salvail.

Galerie photoJuste pour rire: le gala de Jérémy Demay Voyez les images

Olivier Martineau s'est présenté sur scène guitare à la main, sens du rythme et du punch bien campé. De ses dizaines de blagues en vrac lancées à la vitesse de l'éclair, on retient l'initial «Douze jokes pis je décalisse», la coquine «J'ai lu Fifty Shades of Grey, c'était collant. J'avais emprunté le livre à la bibliothèque. Le pire, c'était quand je tournais les pages. Ça goûtait la Saint-Valentin», la bien humble «Des fois, je m'écoute et je passerais des soirées avec moi-même. Ça adonne bien, c'est pas mal ce que je fais de ce temps-là» ou encore la vulgaire «Gilbert Rozon: tiendrais-tu ça pour moi une seconde? Qu'est-ce que c'est? Ma graine.» Tout cela avant de faire croire aux spectateurs que sa grand-mère venait de mourir (c'est que l'humoriste est aussi un excellent acteur!) et de conclure avec une chanson portant sur son... pénis.

L'humoriste français d'origines chinoises et cambodgiennes Bun Hay Mean – dont le costume tout en soie et la coupe de cheveux à eux seuls faisaient sourire – a livré un numéro inégal qui avait pourtant débuté avec de sympathiques blagues telles «Pour vous les occidentaux, tout ce qui est bridé est un Chinois» et «On n'a pas les yeux bridés, vous avez les yeux ronds». Son idée d'aborder l'important thème de l'homophobie en usant de contradictions était un bon filon qui aurait cependant pu être mieux exploité.

Eddy King a fait sourire en confiant qu'il était un papa en compétition avec tous les papas du monde, alors qu'Alex Roy – visiblement très apprécié du public – a adroitement abordé des thèmes variés comme le déficit d'attention, son nom commun («En maternelle, il y avait tellement d'Alexandre qu'un soir sur deux je ne soupais pas dans la bonne maison»), sa grand-mère lui ayant légué sa chatte en chaleur, son rôle de beau-père de trois ados et le stress venant avec les commandes au comptoir à viande (un segment du numéro franchement réussi). Il a conclu avec une impressionnante imitation de battements de musique dubstep.

Ces «petits nouveaux» qui dépassent parfois les maîtres

Le vétéran Laurent Paquin a reçu un accueil plus que chaleureux par le public qui a fortement réagi à chacune de ses blagues. Grand favori de la soirée, il a offert un numéro physique et un brin théâtral portant sur la famille. «Les enfants, ils ne savent pas à quel point on les aime, ils sont trop occupés à scraper nos vies», a-t-il lancé avant de comparer un enfant à un psychopathe, car «tous les deux ont une absence totale d'empathie» puis une journée au Funtropolis avec des enfants au débarquement de Normandie: «Au moins en Normandie tu savais que tu allais revenir avec moins de monde à la fin de la journée.»

Reda Saoui en était aussi à son premier gala Juste pour rire. L'humoriste québécois aux parents d'origines algériennes a rapidement charmé la salle avec son humour intelligent et raffiné. «Oui, je suis né à Saint-Eustache. Bon, je sais, j'ai plus l'air du Uber qui t'amène à Saint-Eustache. Vous êtes racistes, c'est tout», a-t-il lâché d'entrée de jeu. Alors que l'angle des différences culturelles aurait pu s'avérer une voie facile, celui qui «aurait aimé être un prince saoudien pour se promener avec un faucon et un lion» a plutôt su l'aborder d'une bien adroite manière.

La grande déception de la soirée revient à Mario Tessier - commémorant pourtant 25 ans de carrière - et son numéro sans surprise portant sur l'ego. Quant à la palme du numéro d'humour noir, elle est attribuée à l'humoriste Daniel Tirado, étoile montant dans le pays de l'oncle Sam. Un sketch qui avait débuté tout en douceur avec des «Ça me fait chier, les gens qui disent "Je ne regrette rien"» et «Être capable de bullshiter et de s'en sortir : c'est ce que fait Trump tous les jours» qui a rapidement dégénéré avec des blagues sur la pédophilie et les rendez-vous amoureux dans les pays du tiers-monde...

LIRE AUSSI:
» Gala des Denis Drolet: de l'absurde pour le meilleur et pour le pire
» Un gala Juste pour rire musical, disjoncté et féministe pour Pier-Luc Funk
» Juste pour rire: un 15e gala sympathique et revendicateur pour Laurent Paquin

Mathieu Cyr a utilisé sa vie quotidienne «en région» pour faire rire la foule de bon coeur. «Je suis passé à ça de m'acheter un condo à Montréal, il ne me manquait que 600 000$», a-t-il hurlé avant d'ajouter «Je viens de la région. Oui, je suis mon propre cousin.» «J'ai une face de prédateur sexuel», a-t-il dit, visage encadré par ses cheveux longs pointé vers le haut puis vers le bas à l'appui. «En mode plaisir, en mode Salvail! Y'en a qui qui trouve ce gag hard, metoo.» Un numéro, dont les dernières excellentes minutes portaient sur un malentendu téléphonique, très bien reçu par le public.

L'humoriste et acteur Mehdi Bousaidan n'a pas déçu en livrant un sketch portant sur la nourriture, les sports de riches et de pauvres et les «Norvégiens que personne ne connaît qui inventent des sports et raflent toutes les médailles» truffé de succulents accents (sa spécialité).

Le gala – qui ne présentait aucune femme humoriste - s'est conclu avec un Jérémy Demay souhaitant souligner les 15 années d'animation de galas Juste pour rire de Laurent Paquin (qui a reçu une seconde ovation debout). «C'était un gala à ton image : grand et long», a lancé à la blague ce dernier à l'animateur qui a répliqué «Tes belles années sont dernière toi, comme tes cheveux.» Laurent Paquin s'est ensuite amusé à prendre le contrôle du gala de son ami (en faisant entre autres s'embrasser un couple puis deux hommes dans la salle). Le tout s'est terminé sous une pluie de confettis.