BIEN-ÊTRE
23/07/2018 12:59 EDT | Actualisé 23/07/2018 13:39 EDT

La demi-soeur de Meghan Markle presse la duchesse de reprendre contact avec son père

«Je crois que c'est vraiment important d'arrêter de construire des murs», a soutenu Samantha à la télé britannique.

Samantha Markle, la demi-soeur de Meghan Markle, a pressé la duchesse de reprendre contact avec leur père, lundi.

Plusieurs articles soutiennent que la duchesse a coupé les ponts avec son père, l'Américain de 74 ans Thomas Markle, depuis son mariage au prince Harry en mai.

«Nous savons tous que la vie est courte», a soutenu Samantha Markle en entrevue à Good Morning Britain. «Ainsi, étant donné les circonstances depuis le mariage, je pense qu'il veut vraiment juste l'embrasser et fermer le dossier sur les mauvaises perceptions et la distance et lui faire savoir qu'il l'aime.»

«Je crois que c'est vraiment important que nous arrêtions de construire des murs et que nous commencions à construire des ponts à la place», a-t-elle résumé.

Avant le mariage royal, Thomas Markle était au centre d'une tempête médiatique après qu'il soit devenu clair qu'il avait coopéré avec des médias pour des photographies de lui se préparant pour le voyage en Grande-Bretagne afin d'amener sa fille à l'autel.

«Il a sincèrement eu une crise cardiaque et j'ai été choquée que le monde s'en moque», a déploré Samantha Markle. Elle a ajouté que son père «avait repris des forces» depuis, mais qu'«il avait encore de la difficulté».

Elle a révélé que sa demi-soeur et son père se textaient depuis un moment «mais tout ça a cessé, alors je crois qu'il est très inquiet».

Samantha Markle a dit espérer que les plaies pourraient être pansées.

«Je pense que c'est vraiment important pour les deux qu'ils se réunissent», a-t-elle avancé.

«Il a 74 ans et si quelque chose lui arrivait ou qu'il décédait, je ne crois pas que personne puisse vivre avec le fait qu'il soit mort malheureux et qu'il n'ait pas pu réparer les pots cassés.»

L'intégrale de l'entrevue (en anglais) est disponible dans la vidéo en tête d'article.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.