NOUVELLES
18/07/2018 19:33 EDT | Actualisé 18/07/2018 19:33 EDT

Un vaste réseau de braconnage d'ours noirs démantelé dans le nord-est du Québec

Ils étaient convoités pour leur vésicule biliaire.

Gail Shotlander via Getty Images

Un vaste réseau de braconnage d'ours noirs, convoités pour leur vésicule biliaire, a été démantelé dans le nord-est du Québec.

Le ministère des Forêts a dévoilé mercredi les résultats de l'opération «Pochette», lancée en 2015.

Le directeur de la protection de la faune du Saguenay—Lac-Saint-Jean, Jasmin Larouche, explique que l'enquête a abouti à un total de 16 perquisitions, dont certaines réalisées jusque sur la Côte-Nord.

Selon le ministère des Forêts, les tentacules de ce réseau d'une soixantaine de personnes s'étendaient jusqu'à Laval et en Mauricie.

En entrevue avec La Presse canadienne, le commandant Larouche a expliqué que les vésicules biliaires, dont la quantité saisie reste à être déterminée, étaient destinées «en grande majorité» à l'exportation vers l'Asie.

Ce petit organe de l'appareil digestif est surtout recherché pour la bile qu'il renferme.

«C'est convoité parce qu'il y a des propriétés médicinales qui sont attribuées à sa consommation sous différentes formes», a précisé le commandant Larouche, qui situe la valeur d'une vésicule biliaire de taille moyenne entre 100 et 250 $.

Aucune arrestation n'a été effectuée jusqu'à présent, a-t-il ajouté. Les autorités de juridiction fédérale reprendront l'enquête sur l'exportation de cette partie très recherchée de l'animal.

Si les personnes visées sont reconnues coupables des 121 chefs d'accusation comptabilisés à ce jour, elles pourraient écoper d'amendes de plus de 325 000 $.

Les ours noirs sont «très sensibles» à de telles activités, a souligné le commandant, se désolant qu'une «bonne quantité» de bêtes ont été abattues seulement pour leur vésicule — dont la simple possession est d'ailleurs interdite dans la province.

«S'il y a un commerce relié (aux ours) qui peut être très lucratif, ça met une pression sur une population qui est à la base fragile», a-t-il fait valoir.

Un tel réseau de braconnage n'avait pas été démantelé depuis 2002 au Québec, lors de l'opération «América».

L'enquête «Pochette» a mobilisé plus de 150 agents, de même que l'escouade canine de la protection de la faune. Plusieurs citoyens ont aussi offert leur collaboration, dont des trappeurs et chasseurs.