NOUVELLES
17/07/2018 08:15 EDT | Actualisé 17/07/2018 08:15 EDT

L'Union européenne et le Japon signent un vaste pacte commercial

Un message pour Trump?

batak1 via Getty Images

L'Union européenne et le Japon ont signé mardi un accord historique qui éliminera presque tous les droits de douane sur les produits qu'ils s'échangent.

L'entente couvre un tiers de l'économie mondiale et des marchés de plus de 600 millions de personnes.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a salué le «plus important accord commercial bilatéral jamais conclu». Il a indiqué que le partenariat était renforcé dans divers autres domaines, notamment la défense et les changements climatiques, et qu'il «envoie un message clair» contre le protectionnisme.

L'accord a été largement atteint l'année dernière. La cérémonie de signature a été retardée au début du mois parce que le premier ministre japonais Shinzo Abe a annulé une visite à Bruxelles après une catastrophe causée par des pluies abondantes. Plus de 200 personnes sont mortes lors d'inondations et de glissements de terrain.

Les mesures ne seront pas appliquées immédiatement et nécessitent toujours l'approbation des parlementaires. Mais elles vaudront aux consommateurs japonais des prix plus bas pour les vins européens, le porc, les sacs à main et les produits pharmaceutiques. Les pièces de machines japonaises, le thé et le poisson coûteront moins cher en Europe.

La presque totalité des droits sont éliminés

L'accord élimine environ 99 pour cent des droits sur les produits japonais vendus à l'UE. Environ 94 pour cent des droits de douane sur les exportations européennes vers le Japon seront levés, pour atteindre 99 pour cent à l'avenir. La différence reflète des exceptions sur des produits tels que le riz, qui jouit d'une forte protection politique contre les importations au Japon.

L'UE a déclaré que la libéralisation du commerce aidera à augmenter les exportations européennes de produits chimiques, de vêtements, de cosmétiques et de bière vers le Japon. Les Japonais obtiendront des fromages moins chers, tels que le parmesan, le gouda et le cheddar, ainsi que du chocolat et des biscuits.

Le vin et le fromage importés pourraient nuire aux ventes des établissements vinicoles et des laiteries japonaises, mais les consommateurs japonais ont toujours convoité de tels produits européens.

Voir aussi: