POLITIQUE
17/07/2018 12:21 EDT | Actualisé 17/07/2018 17:15 EDT

Justin Trudeau condamne toujours Vladimir Poutine, mais évite de commenter l'attitude de Donald Trump

En pleine guerre commerciale avec les États-Unis, Trudeau a préféré rester évasif lorsqu'une question concernant Trump lui a été posée.

Justin Trudeau était de passage en Nouvelle-Écosse ce matin.
La Presse canadienne/Darren Calabrese
Justin Trudeau était de passage en Nouvelle-Écosse ce matin.

Justin Trudeau reste ferme dans sa condamnation de Vladimir Poutine, malgré les bons mots qu'a eus le président américain Donald Trump pour son homologue russe, lundi à Helsinki.

Le premier ministre a affirmé mardi matin que le Canada demeurait fermement opposé à toute une série de gestes posés par la Russie, notamment l'annexion de la Crimée ainsi que le soutien à l'homme fort syrien Bachar el-Assad et aux rebelles dans l'est de l'Ukraine.

M. Trudeau affirme que le Canada s'est également engagé à soutenir les pays d'Europe de l'Est - comme la Lettonie, où il a récemment rendu visite à 450 soldats canadiens qui commandent un groupement tactique de l'OTAN, dont la mission est de contrer une éventuelle invasion russe.

Cette rhétorique contre le dirigeant russe survient au lendemain d'un sommet controversé entre les présidents Poutine et Trump, en Finlande, alors que le président américain a semblé accuser son propre pays pour les mauvaises relations avec Moscou.

LIRE AUSSI:

Au sujet de l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016, M. Trump a paru privilégier les dénégations solennelles de M. Poutine aux enquêtes des services de renseignement de son propre pays.

Il a toutefois rectifié le tir mardi, affirmant qu'il s'était mal exprimé et qu'il avait en fait voulu dire le contraire de ce qu'il a déclaré en conférence de presse la veille. M. Trump a ajouté qu'il acceptait les conclusions des agences de renseignement aux États-Unis, qui accusent la Russie de s'être ingérée dans l'élection américaine.

Tandis que de nombreux responsables américains, démocrates mais aussi républicains, ont fustigé la performance de M. Trump à Helsinki, le premier ministre Justin Trudeau s'est gardé de commenter l'attitude du président, mardi. Il a préféré reprendre sa condamnation de M. Poutine et de la Russie.

"Je reviens de Lettonie, où nous avons continué de démontrer notre appui pour les forces de l'OTAN dirigées par le Canada en Lettonie, pour tenir le fort contre une possible incursion russe dans les pays baltes. Nous allons continuer d'être sans équivoque dans notre condamnation de Vladimir Poutine et de la Russie", a déclaré M. Trudeau, en point de presse lors d'une visite à Sutherlands River, en Nouvelle-Écosse.

À voir également: