NOUVELLES
16/07/2018 18:15 EDT | Actualisé 16/07/2018 18:15 EDT

Extrême-Arctique: des centaines de glaciers rétrécissent, certains disparaissent au Nunavut

«Une année, on fait de la motoneige sur les crêtes de ces plateformes glaciaires; on revient une année plus tard et (c'est) comme une ville d'icebergs»

Photo d'archives du Nunavut.
La Presse canadienne/Jeff McIntosh
Photo d'archives du Nunavut.

Des centaines de glaciers de l'Extrême-Arctique canadien rétrécissent et plusieurs semblent même en voie de disparaître, signale une nouvelle étude.

Adrienne White, une glaciologue de l'Université d'Ottawa, a pu voir de ses propres yeux les changements sur l'île d'Ellesmere.

«À un tel point qu'à certains endroits, je ne pouvais plus (les) reconnaître d'une année à l'autre», raconte Mme White.

«Une année, on fait de la motoneige sur les crêtes de ces plateformes glaciaires; on revient une année plus tard et (c'est) comme une ville d'icebergs», illustre-t-elle.

Adrienne White a documenté et étudié l'état de plus de 1700 glaciers de l'île d'Ellesmere, sur le terrain et à partir d'images satellites. Elle a observé les glaciers de l'île et a parcouru l'océan pour scruter les plateformes glaciaires.

Jerry Kobalenko via Getty Images
Photo d'archives du parc national Quttinirpaaq sur l'île d'Ellesmere au Nunavut.

La chercheuse a conclu que sur 1773 glaciers, 1353 ont fondu considérablement de 2000 à 2016. De plus, tous les glaciers observés ont perdu au moins un peu de leur volume.

«Ce que j'ai vu, quand je mesurais, c'est que 100 pour cent des glaciers étaient en recul. Ils ont tous reculé. Rien ne grossit», affirme-t-elle.

Les glaciers ont perdu plus de 1700 kilomètres carrés de superficie, ce qui représente une diminution de 6 pour cent sur une période de 16 ans.

La plupart de ces glaciers ne reviendront probablement jamais.

Les changements climatiques se manifestent de façon particulièrement rapide dans l'Extrême-Arctique. La température moyenne annuelle sur l'île d'Ellesmere a déjà bondi de 3,6 degrés Celsius.

La fonte de la neige

Les données d'autres endroits dans l'Arctique suggèrent qu'avec les températures ascendantes, l'altitude à laquelle la neige ne fond pas durant l'été a augmenté de 300 mètres.

Selon les conclusions de Mme White, la plupart des glaciers de l'île d'Ellesmere ne sont pas assez hauts pour accumuler de la neige.

«Je ne vois pas comment la neige pourrait survivre pendant l'été. On a besoin de cette neige présente toute l'année pour accumuler et créer plus de glace, et je ne vois tout simplement pas ça», déplore-t-elle.

À voir aussi:

«Plus de 50 pour cent des glaciers sont complètement dans la zone d'ablation, dans laquelle 100 pour cent de la zone des glaciers est en train de fondre. Aucune partie de ces glaciers ne crée davantage de glace.»

Les recherches d'Adrienne White font écho à d'autres études, qui avaient déterminé précédemment que les glaciers de l'île commençaient à fondre. Bien que Mme White ne puisse dire si la fonte s'accélère, il est clair que le rythme du réchauffement, lui, est de plus en plus rapide.

Jusqu'au milieu des années 1990, la température moyenne a grimpé de 0,12 degré par décennie. De 1995 à 2016, l'augmentation a été de 0,78 degré par décennie.

On en sait peu sur les impacts à long terme de ces bouleversements, mais Mme White prévient que des icebergs de plus en plus imposants dériveront sans doute vers l'océan dans un avenir proche.