DIVERTISSEMENT
14/07/2018 12:52 EDT | Actualisé 16/07/2018 05:41 EDT

Robert Lepage encore dans la controverse concernant une nouvelle production

La controverse qui a entouré le spectacle «SLAV» pourrait aussi toucher la production «Kanata».

Rene Johnston via Getty Images

La controverse qui a entouré le spectacle SLAVpourrait aussi toucher la production Kanata, un autre projet du metteur en scène Robert Lepage.

Dans une lettre au Devoir, une vingtaine de personnalités autochtones dénoncent l'absence prévue de comédiens issus de leurs nations parmi les 34 artistes qui seront de l'affiche de cette relecture de «l'histoire du Canada à travers le prisme des rapports entre Blancs et Autochtones».

La plupart des signataires sont des artistes, mais le collectif inclut aussi des communicateurs, des universitaires et le directeur artistique du festival Présence autochtone, André Dudemaine. Une dizaine d'«alliés» non autochtones ont également signé le document.

Celui-ci a été rédigé en réponse aux propos d'Ariane Mnouchkine, l'animatrice du célèbre Théâtre du Soleil à Paris, où Kanata sera d'abord présenté. Elle expliquait au Devoir la démarche du spectacle et précisait notamment qu'aucun comédien nord-américain ne serait de la distribution.

Plusieurs Autochtones ont néanmoins été consultés pour documenter le spectacle. Des témoignages vidéo de membres des Premières Nations seront aussi intégrés au spectacle, a précisé Ex Machina, la compagnie de Robert Lepage.

L'artiste autochtone, Dave Jeniss, qui est l'un des signataires de la lettre ouverte, déplore que les Premières Nations aient seulement été consultées pour le spectacle.

«Encore une fois, on prend nos histoires, on interroge des Autochtones et ensuite de ça, on les tasse complètement».

Pour M. Jeniss, qui est aussi le directeur artistique de la troupe de théâtre Ondinnok, il est essentiel de surpasser «l'étape de la consultation».

L'acteur dit ne pas être contre le projet, mais invite à la réflexion quant aux raisons pour lesquelles les Premières Nations ne sont pas représentées dans Kanata.

«La prochaine fois, je pense qu'il doit y avoir une plus grande association avec des Autochtones», conclut-il.