DIVERTISSEMENT
13/07/2018 15:52 EDT | Actualisé 13/07/2018 15:52 EDT

Monia Chokri: «J’ai appris à aimer grâce à mon frère»

«J'ai fait un film sur la famille, mais c'est également un film sur l'apprentissage de l'amour et de l'ouverture vers les autres...»

Instagram/moniachokri

En plein montage de La femme de mon frère, son premier long-métrage comme réalisatrice, Monia Chokri a pris le temps de parler au HuffPost Québec du «marathon» dans lequel elle s'est engagée, et de l'apprentissage de l'amour qui se retrouve au cœur de son film.

Après avoir complété le tournage au début juin, Monia Chokri s'active au montage de son premier long-métrage comme réalisatrice. «Ça va être un été sombre», nous dit-elle, en rigolant. Connue pour ses rôles au cinéma dans Les amours imaginaires, Laurence Anyways et Les affamés, comme au petit écran, dans la série Nouvelle adresse, l'actrice s'était déjà essayée, brillamment, à la réalisation avec le court-métrage Quelqu'un d'extraordinaire, récompensé d'un Prix Jutra en 2014.

«Ça m'a beaucoup aidé pour réaliser mon long-métrage. Il faut apprendre en passant par le court si on veut avoir les reins assez solides pour s'attaquer à un long, parce que c'est vraiment un marathon», explique Monia Chokri, qui a tourné les premières images de La femme de mon frère en février, et qui prévoit de terminer le montage à la mi-septembre. «Le plus difficile dans un tel projet, c'est le côté émotif, pas le côté technique, ajoute-t-elle. Il faut être capable d'assumer ses choix de réalisation et de scénario. Quand on écrit, on se met à nu, ce sont toutes nos fragilités qu'on met de l'avant.»

Une relation très particulière

La femme de mon frère raconte l'histoire de Sophia (jouée par Anne-Élisabeth Bossé), une brillante doctorante qui a toujours entretenu un rapport fusionnel avec son frère Karim (campé par Patrick Hivon). Jusqu'au jour où une nouvelle flamme, Éloïse (Évelyne Brochu), débarque dans la vie de Karim et vient bouleverser la dynamique de la relation entre le frère et la sœur.

«Je trouve qu'on ne voit pas assez souvent au cinéma ce type de fraternité entre une sœur et un frère, dit Monia Chokri. J'ai eu un grand frère, donc j'ai connu ce type de relation. C'est une relation très particulière. Ça ressemble presque à une relation amoureuse, sans évidemment rentrer dans une relation physique. Quand j'ai commencé à avoir des relations amoureuses avec des garçons, je me suis rendue compte que je reproduisais la même dynamique que j'avais avec mon frère. C'est intéressant parce que c'est comme ça que j'ai appris à aimer. J'ai fait un film sur la famille, mais c'est également un film sur l'apprentissage de l'amour et de l'ouverture vers les autres.»

Anne Dorval prédit l'avenir

La femme de mon frère sera aussi l'occasion de retrouver Anne Dorval au cinéma dans un rôle un peu spécial, une sorte de comic-relief qu'on a bien hâte de découvrir à l'écran. «Elle joue un genre d'oracle, nous précise Monia Chokri. Elle prédit des choses, mais sans le faire vraiment exprès. Anne est capable de tout jouer, et elle fait encore une fois quelque chose d'extraordinaire. Je suis bien contente de l'avoir dans mon film.»

Si la réalisation de son premier film lui a fait découvrir une «expérience différente», Monia Chokri, qui nous a révélé avoir déjà débuté l'écriture d'un second long-métrage, compte tout de même s'illustrer encore devant la caméra. «Ce qui est excitant dans la réalisation, c'est que c'est mon projet, mon univers. J'ai beaucoup plus de responsabilités, mais à la fin de la journée, la satisfaction est plus grande. Cela dit, je prends tellement de plaisir en tant qu'actrice que je ne pourrais pas arrêter de jouer. J'aime vraiment les deux, et maintenant que je réalise, j'avoue que jouer, c'est un peu les vacances.»

Dans la peau d'une mère divorcée à Fantasia

L'automne prochain, Monia Chokri sera notamment à l'affiche du second long-métrage d'Éric Morin, Gold, qu'elle a tourné à Rouyn-Noranda avec Patrick Hivon et Emmanuel Schwartz. On pourra également la voir dans Pauvre Georges de la réalisatrice française Claire Devers. Monia Chokri est, par ailleurs, la vedette du court-métrage L'appartement, qui sera présenté à Fantasia dans le cadre des Fantastiques weekends du cinéma québécois, le 28 juillet à la salle J.A. De Sève.

Réalisé par Justine Gauthier, qui est l'assistante-monteuse de Monia Chokri sur La femme de mon frère, le court-métrage suit une mère récemment divorcée qui accueille pour la première fois ses enfants dans son nouvel appartement plutôt modeste. «On ressent une certaine tristesse chez cette mère par rapport à l'environnement dans lequel elle reçoit ses enfants, confie Monia Chokri. Mais elle essaie de ne pas le montrer, comme une mère qui cache ses peines à ses enfants. C'est assez délicat et joli. C'est aussi surprenant, parce qu'on n'est pas trop dans le registre habituel de Fantasia.»

Produit par Métafilms et distribué au Canada par Les Films Séville, La femme de mon frère prendra l'affiche au cours de l'année 2019.

À voir également :

Galerie photoLes nouveautés de la semaine sur Netflix Canada Voyez les images