NOUVELLES
12/07/2018 07:16 EDT | Actualisé 12/07/2018 07:19 EDT

Coupe du Monde 2018: la FIFA veut moins d'images de partisanes sexy à la télévision

Une trentaine de cas d'agressions sexistes dans la rue ont été recensés durant ce Mondial en Russie.

PhotoAlto/Belen Majdalani via Getty Images

Le changement passe aussi par là. La FIFA a annoncé, mercredi 11 juillet, qu'elle souhaitait voir "moins d'images de supportrices sexy dans les tribunes" à la télévision. Une volonté dictée par le responsable du programme diversité de la FIFA, Federico Addiechi, qui a annoncé que des discussions seraient entamées dans ce sens avec les chaînes de télévision diffusant les matchs de soccer. Une évolution complètement "normale" selon lui, comme le rapporte The Associated Press.

Car finalement, c'est le sexisme qui a remporté la finale de la discrimination dans cette Coupe du Monde 2018. Les incidents racistes et homophobes qui cristallisaient les craintes avant la compétition en Russie auront été maîtrisés, au détriment de plus d'une trentaine de cas d'agression et de harcèlement envers les femmes. Des cibles de choix qui poussent désormais la FIFA à dire "stop" pour endiguer un sexisme ambiant bien loin des préoccupations du mouvement #MeToo qui a marqué ces derniers mois dans le monde entier.

Toutefois, Federico Addiechi tempère, en arguant qu'un effort a été fait au niveau des chaînes de télévision, moins sexistes qu'il y a quatre ans, lors de la Coupe du Monde au Brésil. Il a confié que la FIFA avait d'ailleurs déjà dû intervenir dans des cas particulièrement abusifs.

LIRE AUSSI:
» Coupe du monde: un concours de beauté entre les femmes des joueurs
» Les Anglais s'effondrent face à la Croatie
» Pourquoi les Russes ont sniffé de l'ammoniaque

Des présentatrices accostées

Piara Powar, à la tête du programme FARE qui lutte contre les discriminations dans le football, a précisé que la moitié des incidents de "sexisme de rue" impliquaient des "femmes présentatrices, qui étaient abordées alors qu'elles étaient en direct". Pour lui, ces discriminations ne sont que la partie visible du problème: il estime à dix fois plus le nombre de cas de harcèlement sexiste qui n'auraient pas été reportés par des femmes russes.

Par ailleurs, il n'est pas rare de voir des sélections des "supportrices les plus sexy", notamment sur le web. Getty Image, fournisseur de photos pour de nombreux journaux, a supprimé au mois de juin son très controversé "album des fans les plus sexy", en reconnaissant "une regrettable erreur de jugement".

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

Voir aussi: