POLITIQUE
11/07/2018 05:59 EDT | Actualisé 11/07/2018 05:59 EDT

Philippe Couillard, invité d’honneur au Zoofest

Le premier ministre s’est à la fois confié sur sa «junk food» favorite et sur la difficulté de vivre entouré de gardes de sécurité.

FOTOimage

Si Philippe Couillard est un abonné aux entrevues en raison de sa fonction, il n'a pas l'habitude que celles-ci soient de nature humoristique. Le premier ministre québécois s'est pourtant prêté au jeu mardi, alors qu'il a accepté de répondre aux questions de l'humoriste Marie-Lyne Joncas dans le cadre de la 10e édition du Zoofest.

Joncas ayant précisé d'entrée de jeu être une néophyte de la politique, ce secteur n'a donc pas vraiment été abordé au cours de l'entrevue. L'animatrice de la soirée a d'ailleurs lancé qu'elle connaissait autant la politique que Philippe Couillard, les noms des membres de Dead Obies.

L'entrevue a donc davantage porté sur la vie personnelle et sur le parcours de l'homme politique.

Voyez les images de la soirée en cliquant sur la galerie ci-dessous:

Philippe Couillard au Zoofest

Un accueil chaleureux

Philippe Couillard a dû se réjouir lorsqu'il est monté sur la scène du Monument-National de Montréal, alors qu'à à peine trois mois des prochaines élections provinciales, il a été chaudement applaudi par les spectateurs. L'événement ne portait cependant pas sur sa candidature prochaine, mais sur des pans de sa vie méconnus du grand public.

Ainsi, la salle a pu en apprendre autant sur les détails du parcours professionnel du premier ministre que sur son personnage préféré de la série à succès Game of Thrones (il s'agit de Tyrion, si vous vous posiez la question).

Marie-Lyne Joncas, qui a avoué ne pas vraiment être habituée à ce genre d'exercice, passait en alternance du ton de la confidence à celui de la camaraderie, n'hésitant pas à taquiner celui qu'elle a qualifié à quelques reprises de «futur meilleur ami» au cours de la soirée. Philippe Couillard, qui semblait détendu, lui rendait volontiers la pareille, blaguant par exemple sur le fait qu'ils iraient pêcher ensemble.

Il a été beaucoup question du parcours professionnel de Couillard, lui qui a été successivement neurochirurgien, ministre de la Santé et premier ministre du Québec. Concernant son temps de pratique en temps que médecin, qui avoisine les vingt ans, Joncas a blagué sur son âge, suggérant qu'il était âgé de 80 ans.

La scolarité du premier ministre a également été la source de railleries, alors que l'animatrice l'a taquiné sur le fait qu'il avait choisi d'étudier le grec ancien au secondaire.

LIRE AUSSI:
» Des candidats du PLQ «trollent» Legault avec leurs photos d'enfance
» 8 réformes du gouvernement Couillard qui ne verront pas le jour
» Une campagne électorale inédite

Des questions plus sérieuses

La difficulté d'être l'un des hommes les plus médiatisés au Québec a également été soulignée, alors que Joncas a notamment questionné Couillard sur les forces de sécurité dont il devait s'entourer et avec lesquelles il devait conjuguer sa vie personnelle et maritale. L'humoriste en a profité pour lui demander à la blague si ses gardes du corps devaient infiltrer l'allée des céréales lorsque le premier ministre faisait son épicerie.

L'entrevue s'est terminée sur l'une des seules questions politiques de la soirée, alors que Marie-Lyne Joncas a demandé à Philippe Couillard d'attribuer une qualité à son opposant caquiste François Legault et un défaut à son ministre de la Santé, Gaétan Barrette. S'il a paru quelque peu désarçonné de prime abord, Couillard a avancé que Legault avait le don d'être «persistant», tandis que Barrette pouvait parfois être «un peu bourru».

Paméla Lajeunesse

Une entrevue toute en légèreté

L'entretien a été assez superficiel par moment, abordant rarement en profondeur les activités du premier ministre. Mais il avait été établi dès le départ qu'il en serait ainsi.

Tout au long de l'entrevue, l'homme politique a paru à l'aise, faisant même à quelques reprises preuve d'autodérision. Marie-Lyne Joncas, malgré une certaine inexpérience, n'a pas paru déstabilisée par le défi et pouvait compter sur l'appui des spectateurs.

Questionné lors d'un point de presse suivant le spectacle à savoir s'il avait décidé de se prêter au jeu afin de se départir de son image de «cérébral», Couillard a nié le tout et a affirmé qu'il pensait être ainsi dans la vie de tous les jours.

Le premier ministre a également affirmé avoir beaucoup de respect pour les humoristes «qui font rire les gens».

Les profits de la soirée ont été versés à l'organisme Le Grand Chemin, qui aide les jeunes en proie avec des problèmes de toxicomanie, de jeu excessif ou de cyberdépendance.