POLITIQUE
11/07/2018 07:07 EDT | Actualisé 11/07/2018 13:36 EDT

Une nouvelle mission pour le Canada en Irak

Jusqu'à 250 militaires canadiens seront déployés à Bagdad.

zabelin via Getty Images

Les Forces armées canadiennes commanderont dès l'automne une mission d'entraînement militaire de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) en Irak.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a précisé mercredi que pour mener cette mission qui devrait durer un an, jusqu'à 250 militaires canadiens seront déployés dans la capitale irakienne, Bagdad, et ses environs.

Quatre hélicoptères CH-146 Griffon de l'Aviation royale canadienne seront déployés afin de soutenir les activités de l'OTAN dans la région. Ces appareils sont notamment utilisés pour la recherche et le sauvetage, la surveillance et la reconnaissance, les opérations d'évacuation de sinistrés et des missions d'aide humanitaire.

Le premier ministre Trudeau a fait ces annonces mercredi à Bruxelles, lors du sommet des dirigeants des pays membres de l'OTAN. "Nous croyons profondément" en cette mission, a déclaré M. Trudeau. "C'est l'occasion pour nous de demeurer unis et de comprendre que la perspective pour laquelle nous nous battons et que nous défendons est essentielle aujourd'hui et demain."

Voir aussi sur le sujet:

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, aussi présente à Bruxelles, a expliqué que "cette mission représente la prochaine étape pour le Canada à la suite de combats fructueux menés contre Daech pour aider à rétablir la capacité institutionnelle en Irak et jeter les bases d'une paix et d'une stabilité durables".

"Soutenir la nouvelle démocratie en Irak, qui a été tellement meurtrie, qui est si fragile, constitue une bonne chose à faire pour le Canada (...) C'est précisément ce que le Canada sait faire", a déclaré la ministre Freeland. "Nous sommes d'un pays qui croit vraiment que gagner la guerre n'est que la première étape, et que nous devons travailler très fort ensuite pour gagner la paix."

Le "deux pour cent du PIB"

La mission irakienne, combinée à l'annonce de mardi sur le prolongement pour quatre ans, jusqu'en 2023, de l'engagement canadien en Lettonie, pourrait aider M. Trudeau à contrer les récriminations du président américain Donald Trump, qui trouve que certains membres de l'Alliance atlantique ne font pas suffisamment d'efforts pour atteindre leurs cibles en matière de dépenses militaires.

Alors que le Canada était dirigé par le conservateur Stephen Harper, les partenaires de l'OTAN s'étaient entendus en 2014 pour consacrer au moins deux pour cent de leur produit intérieur brut (PIB) à la défense. Les prévisions de dépenses du gouvernement Trudeau indiquent toutefois que le budget de la défense n'atteindra que 1,4 pour cent du PIB d'ici 2024.

La ministre Freeland a rappelé mercredi que le Canada était là lors de la fondation de l'OTAN et qu'il a contribué à chaque mission de l'alliance militaire. "Notre présence là-bas (en Lettonie) est une contribution importante, significative et éloquente, et cette nouvelle contribution (en Irak) démontre encore que le Canada intensifie ses efforts."

La nouvelle mission du Canada en Irak sera complémentaire à l'Opération IMPACT, la contribution des Forces armées canadiennes à la coalition internationale contre Daech (le groupe armé État islamique) en Irak et en Syrie. Un nombre maximal d'environ 850 membres des Forces armées a été octroyé pour participer à l'Opération IMPACT.

Dans le cadre de cette opération, l'armée canadienne fournit déjà de la formation et du soutien aux forces de sécurité irakiennes, et aide les forces régionales à accroître leurs capacités. Le Canada fournit également des équipes de formation mobiles aux efforts de renforcement des capacités de l'OTAN en Irak pour déjouer les engins explosifs improvisés.

Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a déclaré mercredi à Bruxelles que la mission en Irak consistait à donner aux forces de sécurité irakiennes la formation adéquate pour qu'elles puissent "gérer et prévenir" l'émergence de groupes comme Daech.