DIVERTISSEMENT
11/07/2018 23:23 EDT | Actualisé 13/07/2018 13:19 EDT

FEQ 2018: tout feu, tout flamme pour The Chainsmokers

C’était intense. Très intense.

QUÉBEC – Il ne fallait pas trop cligner des yeux pendant le spectacle des Chainsmokers, mercredi soir. Sinon, on risquait de manquer les jets de fumée, de feu ou encore les feux d'artifice... sans oublier les confettis et les jeux de lumière!

Les chaises pliantes de la veille sur les plaines d'Abraham avaient fait place aux animaux gonflables, aux mini-shorts et aux odeurs de «pot», mercredi, alors que le Festival d'été de Québec accueillait un marathon de musique dance et house. Nul besoin de spécifier que l'ambiance était complètement survoltée.

À 22h, le duo formé d'Alex Pall et d'Andrew Taggart est apparu sur scène pour un spectacle qui n'a rien laissé au hasard. Ils y sont allés de leurs succès Inside Out, Don't Let Me Down et d'un bref intermède de Closer avant que commence le spectacle pyrotechnique.

Roger Photo
Le duo de New York a offert une performance complètement éclatée sur les Plaines.

Pendant Roses, Alex Pall a paru surpris par de longues banderoles rouges – qui devaient tomber en direction de la foule et qui lui sont finalement tombées sur le visage avec la direction du vent.

«C'est notre première performance à Québec. Je ne vous mentirai pas, je suis un peu nerveux en ce moment!» a admis Andrew Taggart, qui paraissait impressionné de voir tant de monde sur les Plaines, avant de chanter Paris. Notons également sa tentative de danser le floss. C'était quand même réussi!

Les deux gars n'ont pas hésité à faire lever le party avec les succès des autres. C'était mission réussie avec Semi-Charmed Life et Everytime We Touch, version dubstep, ou encore les extraits de This Is How We Do It, de Pon de Floor ou What Is Love – qui a plu aux enfants des années 90.

Galerie photoFEQ 2018 - mercredi 11 juillet 2018 Voyez les images

Pour Something Just Like This, une collaboration avec Coldplay, Andrew Taggart a demandé l'aide du public pour chanter les paroles. «On n'a pas Chris Martin avec nous, alors vous allez devoir nous aider!»

Chose certaine, les plaines d'Abraham n'étaient pas un champ de bataille, mais bien une formidable piste de danse pour les festivaliers – qui n'ont pas arrêté une seconde!

Qui dit soirée intense, dit gardes de sécurité et équipe de premiers soins bien occupés. Avant même le début de la performance des Chainsmokers, plus de 200 personnes avaient été escortées à l'extérieur de la foule. Le Service de police de la Ville de Québec a confirmé vers 23h qu'il n'y avait eu aucune arrestation en lien avec le FEQ.

Young Bombs

La soirée a commencé de bonne heure (18h15) avec Martin et Tristan, originaires de Vancouver, qui sont parmi les remixeurs les plus en demande de l'industrie musicale à l'heure actuelle.

Roger Photo
Martin et Tristan, de véritables kangourous.

Avec comme seul accessoire leur set de DJ, le duo a fait danser une foule déjà en feu. Ils n'ont pas lésiné sur les différents styles, mixant Mr. Brightside du groupe The Killers et You de Galantis, en passant par One Kiss de Dua Lipa et YMCA des Village People.

Avec leurs bandanas et leurs couronnes de fleurs, les festivaliers sautillants ne se sont pas fait prier pour chanter I Will Always Love You de Whitney Houston, avant de river leurs yeux sur leurs cellulaires respectifs en attendant les prochains invités.

Gorgon City

C'est un public un peu plus calme qui a accueilli Kye Gibbon et Matt Robson-Scott, du duo Gorgon City venu spécialement de Londres pour le FEQ. Des artistes invités sont venus les rejoindre sur scène pour Go Deep, Unmissable et Doubts.

Par la suite, les gars ont fait vibrer la scène avec Motorola, l'une de leurs nouvelles chansons qui évoque la nostalgie des téléphones de la même marque. S'en suivit Imagination, All Four Walls et Real Life. On a même aperçu des béquilles dans les airs pendant Here For You!

Le party a repris à temps pour Ready For Your Love – la chanson qui a fait connaître Gorgon City – et Go All Night – habituellement chantée par Jennifer Hudson.

Tory Lanez

Au final, le rappeur de 25 ans aura passé plus de temps sur la foule que sur la scène. Le public était gonflé à bloc pour son arrivée, mais l'ambiance s'est dissipée en raison de ses très longues séances de body surfing (il voulait se rendre jusqu'à l'autre bout des Plaines).

Roger Photo
À force de le faire à chaque spectacle, il peut prendre marcher sur la foule!

La première fois était un peu laborieuse : il a tenté de parler sur les mains des gens et s'est relevé avec difficulté, puis est revenu sur scène pour interpréter LUV et Up (Fell In Love). La deuxième fois, il était bien déterminé à réussir. Même s'il s'est rendu très loin de la scène, même Diego et Shooters n'ont pas réussi à ramener l'ambiance électrisante du début.

Quand on se compare, on se console : lors de sa performance à Toronto, il y a quelques jours, Tory Lanez a frappé une personne dans la foule. Il s'est défendu en disant que certaines personnes voulaient lui faire mal et qu'il s'était défendu.

Galerie photoToutes nos photos du Festival d'été de Québec 2018 Voyez les images