POLITIQUE
09/07/2018 14:32 EDT | Actualisé 09/07/2018 14:32 EDT

Élections provinciales 2018: des candidats du PLQ «trollent» François Legault avec leurs photos d'enfance

En politique depuis 20 ans, le chef de la CAQ peut-il vraiment prôner le changement?

Le Parti libéral du Québec a lancé une offensive plutôt inusitée contre le chef de la Coalition Avenir Québec, lundi, en invitant ses candidats les plus jeunes à partager des photos d'eux en 1998, l'année où François Legault a fait son entrée à l'Assemblée nationale.

L'idée vise à mettre en doute la crédibilité de François Legault, qui se présente comme candidat du «vrai changement» alors qu'il est en politique depuis 20 ans.

Un politicien d'expérience

Cofondateur de la compagnie aérienne Air Transat, François Legault s'est lancé en politique avec le Parti québécois (PQ) en 1998, aux côtés de Lucien Bouchard. Au cours de ses 11 années dans le giron du PQ, le député de Rousseau se verra notamment confier les portefeuilles de l'Éducation et de la Santé.

En 2009, frustré d'être coincé sur les bancs de l'opposition officielle, il quitte la politique. Deux ans plus tard, il publie - avec l'homme d'affaires Charles Sirois - le manifeste de la Coalition pour l'avenir du Québec, qui donnera officiellement naissance à la CAQ en novembre 2011.

À l'aube des élections provinciales du 1er octobre prochain, les sondages prédisent une victoire convaincante de son parti et une déconfiture du Parti libéral du Québec.

Normal, donc, de voir le parti du gouvernement sortant s'en prendre à son adversaire le plus menaçant.

Mais au moins un candidat de la CAQ a pris ombrage de la stratégie du PLQ. Jérémy Bélanger, le candidat du parti de François Legault dans Rouyn-Noranda–Témiscamingue, a lui aussi voulu rappeler qu'il fait partie, à 32 ans, de la relève.

Par ailleurs, les candidats du PLQ se sont bien gardés de mentionner que leur chef, Philippe Couillard, est né en 1957, la même année que... François Legault.

Que la tactique plaise ou pas, elle nous permet au moins de nous replonger dans la mode glorieuse des années 90, où le denim n'avait d'égal que les barrettes en forme de papillon.

À voir aussi:

Les députés provinciaux qui quittent la vie politique en 2018