NOUVELLES
04/07/2018 12:03 EDT | Actualisé 04/07/2018 12:03 EDT

Cryptomonnaies: ayant appris à la dure, Plattsburgh salue l'approche de Québec

La ville salue l'approche de Québec en la matière.

Getty Images

Plattsburgh a appris à la dure à quel point l'engouement pour les cryptomonnaies comme le Bitcoin peut taxer un service de distribution d'électricité; c'est pourquoi la ville américaine recommande à Québec de prendre son temps pour établir les lignes directrices qui encadreront cette industrie.

Au cours de l'hiver, certains résidants de cette municipalité d'environ 20 000 habitants ont eu une mauvaise surprise en voyant leur facture d'électricité bondir de 100 $ US à 200 $ US. En plus du froid, la présence d'entreprises spécialisées dans la monnaie virtuelle a forcé Plattsburgh à acheter de l'électricité au prix du marché puisque son quota de 104 mégawatts (MW) a été dépassé.

«Nous avions eu un événement pour en discuter et je peux vous dire que le public était outré par cette situation», a expliqué mardi son maire, Colin Read, au cours d'une entrevue avec La Presse canadienne.

Cette situation avait incité les élus locaux à adopter, en mars, un moratoire de 18 mois sur les nouveaux projets entourant le minage de cryptomonnaies — où des ordinateurs fonctionnant 24 heures par jour consomment une grande quantité d'énergie pour réaliser des calculs complexes.

Selon les estimations de M. Read, cette industrie consommait mensuellement 15 des 104 MW du quota attribué à la ville située dans l'État de New York.

La plupart des projets, dont ceux de l'entreprise Coinmint, avaient reçu le feu vert de l'administration municipale avant que l'économiste de formation ne soit élu maire, il y a environ un an et demi. Après son entrée en fonction, M. Read dit avoir fait un constat alarmant.

«J'ai rapidement constaté que la Ville n'avait pas saisi les ramifications entourant la consommation d'énergie (des projets de chaînes de blocs ainsi que de cryptomonnaies)», a-t-il expliqué.

Plattsburgh offre des tarifs industriels alléchants — aux alentours de 2,7 cents US le kilowattheure (kWh) — qui ont profité à certains mineurs de cryptomonnaies étant donné que leurs projets se qualifiaient pour ce programme.

Malgré les problèmes rencontrés par la municipalité, cela n'a pas empêché la Ville de Massena, également dans l'État de New York, d'accueillir un projet de Coinmint. Selon divers médias américains, cette entreprise souhaite convertir une ancienne aluminerie d'Alcoa en centre de minage, qui serait parmi les plus grands au monde.

Un oeil sur le Québec

Très attentif à ce qui se passe de ce côté-ci de la frontière, M. Read estime que l'approche de la province et d'Hydro-Québec visant à encadrer cette industrie en pleine croissance est adéquate. Il concède toutefois que le contexte québécois est différent de celui de sa municipalité.

Disant avoir reçu 311 demandes totalisant 18 500 MW — soit plus de 40 pour cent de sa capacité de production —, la société d'État veut se garder le droit de sélectionner les meilleurs projets en vertu d'une grille d'analyse.

«Il ne faut pas précipiter les choses, a souligné le maire de Plattsburgh. Cela ne veut pas dire qu'il faut se traîner les pieds. C'est une industrie compliquée. Avec notre expérience, je peux vraiment recommander de prendre une pause afin de bien réfléchir à tout cela.»

À LIRE AUSSI:
Facebook réautorise la publicité liée aux cryptomonnaies, mais l'encadre
Cryptomonnaies: la Régie de l'énergie dit oui aux demandes d'Hydro-Québec
Sévère coup de vis contre les cryptomonnaies au Canada et aux États-Unis

De façon provisoire, la Régie de l'énergie a accepté la demande de la société d'État d'imposer un tarif dissuasif de 15 cents par kWh pour les nouveaux projets, le temps qu'un processus de sélection soit déterminé.

Jusqu'ici, les entreprises qui se sont établies dans la province pourront utiliser jusqu'à 150 MW et Québec prévoit accorder un bloc additionnel de 500 MW pour les nouveaux joueurs.

«Outre l'énergie vendue, il faut aussi mesurer les retombées de cette industrie, a souligné M. Read. Par exemple, chez nous, une entreprise génère environ 100 emplois pour chaque MW consommé. Pour la cryptomonnaie, nous sommes chanceux si chaque MW génère un emploi.»

Bémols et moratoires

Toutefois, Jonathan Hamel, fondateur de l'Académie Bitcoin, une firme-conseil, est loin d'être d'accord avec l'approche préconisée par Hydro-Québec et saluée par le maire de Plattsburgh.

Au cours d'un entretien téléphonique, il a rappelé que le contexte québécois est différent en raison des importants surplus, ajoutant que c'est le gouvernement Couillard qui est à l'origine du «180 degrés» effectué par la société d'État.

«La folie qui a frappé Hydro-Québec est survenue parce qu'elle a publiquement dit dans des forums et événements de l'industrie que le Québec était intéressé, a dit M. Hamel. C'est eux qui ont créé cet engouement.»

Au Québec, certaines municipalités ont également décidé de décréter un moratoire sur cette question. Cela a notamment été le cas à Magog, en avril dernier, à la suite de la signature d'ententes avec Bitfarms et Technologie Bitlinksys pour des centres de minage.

Cette municipalité avait décidé de suspendre «toute nouvelle négociation d'entente» dans le but de réserver sa puissance énergétique aux entreprises établies dans son parc industriel.

À la fin du mois de mars, la MRC de Brome-Missisquoi avait également opté pour un moratoire d'une durée de 90 jours sur les projets liés aux monnaies virtuelles.