NOUVELLES
04/07/2018 06:45 EDT | Actualisé 04/07/2018 06:46 EDT

À Ottawa, la fête du 4 juillet sera moins grande cette année...

Devant les politiques de Trump, des invités boudent les célébrations.

L'ambassadeur des États-Unis au Canada Bruce Heyman lors des célébrations du 4 juillet en 2016. La liste des invités a été réduite sous sa successeure Kelly Craft.
PC
L'ambassadeur des États-Unis au Canada Bruce Heyman lors des célébrations du 4 juillet en 2016. La liste des invités a été réduite sous sa successeure Kelly Craft.

Une fête plus modeste qu'à l'habitude est prévue à l'occasion du 4 juillet à la résidence de l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa, mercredi soir — et la décision de certains de ne pas y participer en fera un rassemblement plus restreint que ce qui était anticipé.

Ces dernières années, la fête de la proclamation de l'indépendance américaine était l'événement à ne pas manquer, avec une liste d'invités ayant gonflé pour inclure plus de 4000 personnes sous l'ex-ambassadeur Bruce Heyman, désigné par Barack Obama.

Néanmoins, sous la gouverne de sa successeure Kelly Craft — nommée dans ces fonctions par le président Donald Trump —, la liste d'invités a été réduite à environ 1000 personnes.

Le début de la fête a aussi été repoussé pour en faire davantage un «cocktail» qu'un «pique-nique», a affirmé Sarah Goldfeder, ancienne assistante spéciale de deux ambassadeurs des États-Unis.

Ils passent leur tour

Bien que certains dans le circuit social à Ottawa regrettent de ne pas avoir été invités, d'autres qui se trouvaient sur la liste ont dit avoir l'intention de ne pas participer à la fête par principe.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Jagmeet Singh et le chef par intérim du Parti libéral de l'Ontario John Fraser figurent parmi les gens ayant décidé de passer leur tour, faisant valoir les tensions commerciales et les inquiétudes persistantes à l'égard de l'administration du président Trump.

«Étant donné le climat politique actuel, je ne crois pas que ce serait approprié. Je souhaite à tous mes amis américains un heureux 4-Juillet», a dit M. Fraser par courriel.

Le maire Jim Watson, qui a l'habitude de prendre part à l'événement, et qui décide de refuser l'invitation cette année, a dit être contrarié par les «attaques constantes contre notre pays».

Un porte-parole de M. Singh a indiqué que le chef du NPD avait été invité, mais qu'il ne participera pas à l'événement en guise de protestation contre les politiques des États-Unis en matière de commerce et d'immigration.

«Bien qu'il ne participera pas aux célébrations du 4 juillet, M. Singh sait qu'il faudra plus que des gestes symboliques pour réussir à faire pression sur l'administration Trump», a affirmé James Smith par courriel.

Le personnel des communications à l'ambassade des États-Unis n'avait pas répondu dans l'immédiat à une demande pour commenter la fête ou l'absence de plusieurs invités importants.

Le député libéral fédéral de la région d'Ottawa Andrew Leslie, secrétaire parlementaire du gouvernement pour les relations canado-américaines, doit prendre part à l'événement. Et le porte-parole conservateur en matière de défense James Bezan revient par avion à Ottawa spécialement pour l'événement.

Voir aussi: