NOUVELLES
03/07/2018 07:52 EDT | Actualisé 03/07/2018 07:52 EDT

La chasseuse américaine Tess Thompson Talley fait (encore) scandale pour avoir tué une girafe noire

Elle a dû quitter les réseaux sociaux face à l'indignation générale.

Déjà tristement célèbre pour avoir tué un grand nombre d'animaux lors de safaris en Afrique, Tess Thompson Talley fait de nouveau parler d'elle ces dernières semaines.

Lors d'un voyage en Afrique du Sud en juin 2017, cette femme de 37 ans poste un cliché sur ses réseaux sociaux, la montrant en compagnie du cadavre de son trophée de chasse: une girafe noire, espèce rare en voie de disparition.

Depuis ce 16 juin 2018, le site AfricaLand Post relaye cette photo sur Twitter et Facebook, provoquant l'indignation chez les internautes du monde entier.

"Une Américaine blanche sauvage, en partie néandertalienne, qui se rend en Afrique et abat une girafe noire très rare, grâce à la stupidité de l'Afrique du Sud. Son nom est Tess Thompson Talley, s'il vous plaît partagez"

Visiblement très fière de sa prise, Tess Thompson Talley avait posté les photos sur son compte Instagram, accompagnées d'une tirade sur sa partie de chasse: "Oui, je l'ai fait! J'ai réussi. Sur cette photo, vous voyez une girafe de 18 ans pesant 1800 kilos, et j'ai reçu 900 kilos de viande dessus. Je n'ai jamais été aussi heureuse" avait-elle déclaré selon USA Today (la photo a été supprimée depuis).

Depuis quelques jours, la chasseuse semble s'être évaporée des réseaux sociaux, supprimant son compte Instagram et basculant son compte Facebook en privé.

En France c'est l'humoriste Rémi Gaillard, attentif au sort des animaux, qui s'est exprimé parmi les premiers ce vendredi 29 juin, et il ne mâche pas ses mots: "La forme la plus élevée de la vie n'est sûrement pas l'homme". De nombreux autres messages ont été publiés sur Twitter, parfois très violents.

Tess Thompson Talley a tenu à se défendre, dans un courrier à Fox News, indiquant entre autres que la girafe avait 18 ans et qu'elle était trop vieille pour se reproduire.

En mars, les États-Unis ont autorisé l'importation au cas par cas de certains trophées de gros gibier d'Afrique, inversant ainsi l'interdiction initiée par Barack Obama durant son mandat. En Afrique du Sud, la chasse au trophée est encore légale comme en Namibie, en Zambie ou encore au Zimbabwe.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.