NOUVELLES
29/06/2018 13:26 EDT | Actualisé 02/07/2018 13:46 EDT

Maladie de Lyme: quelles villes québécoises sont les plus à risque?

La maladie, encore méconnue, progresse au Québec.

La maladie de Lyme, transmise en Amérique du Nord par la tique du chevreuil (Ixodes scapularis), est en progression au Québec.

L'infection cause de souvent une éruption cutanée en forme d'anneau autour de la piqûre de tique. Elle peut être accompagnée de fièvre, de maux de tête, de frissons, de fatigue et de douleur musculaire.

LIRE AUSSI
» Des mesures simples pour éviter des piqûres de moustiques et de tiques

S'ils ne sont pas traités, des symptômes plus graves peuvent se produire et durer pendant des mois, voire des années, met en garde le gouvernement du Canada.

Getty Images/iStockphoto
L'irruption cutanée concentrique est l'un des symptômes les plus facilement reconnaissables de l'infection liée à la maladie de Lyme.

Selon le Collège des médecins du Québec, la maladie de Lyme peut être très difficile à diagnostiquer. Il est donc important de voir un médecin si on présente des symptômes après avoir fréquenté une zone à risque connue de la maladie de Lyme.

Régions touchées

Au Québec, l'Institut national de santé publique (INSPQ) a la responsabilité de suivre l'évolution du risque de la maladie.

L'INSPQ a récemment mis à jour sa liste des municipalités à risque d'acquisition de la maladie de Lyme.

Sur la carte ci-dessus les municipalités en rouge sont celles qui présentent un risque «significatif» d'acquisition de la maladie à la suite d'une piqûre de la tique Ixodes scapularis. Ce sont les endroits où au moins trois cas de la maladie de Lyme ont été recensés au cours des cinq dernières années.

Les municipalités peuvent aussi être catégorisées ainsi si un nombre important de tiques a été répertorié au cours des dernières années.

Les zones en bleu sont celles où le risque est «présent». Même la municipalité de Saguenay, pourtant beaucoup plus au nord que les autres foyers de la maladie, présente un risque.

L'Institut souligne toutefois qu'il est théoriquement possible de contracter la maladie dans toutes les régions au Québec, puisque les tiques infectées peuvent être transportées par les oiseaux migrateurs.