DIVERTISSEMENT
27/06/2018 08:12 EDT | Actualisé 27/06/2018 08:23 EDT

Shania Twain accueillie comme une reine au Centre Bell

La chanteuse s’est montrée plus que généreuse tout au long d’une soirée qui s’est déroulée sans fausse note.

David Kirouac

Les amateurs de country s'étaient parés de leurs plus beaux chapeaux et bottes de cowboy, mardi soir, afin d'accueillir comme il se doit la reine du country Shania Twain. Le Centre Bell a ainsi vibré au rythme des nouvelles chansons tirées de son plus récent album, Now, ainsi que d'anciens grands succès de la chanteuse canadienne qui, du haut de ses 52 ans, a prouvé que la beauté, l'énergie et la passion de la musique n'ont certainement pas d'âge.

Chanter le passé et le présent

C'est une Shania Twain resplendissante et visiblement fort attendue qui a conquis la foule du Centre Bell de Montréal, mardi soir. Là où se trouvaient pas loin de 14 000 incontestables admirateurs de l'artiste, qui s'est montrée franchement généreuse tout au long d'une soirée qui s'est déroulée sans fausse note.

Le spectacle d'un peu plus de deux heures a permis aux spectateurs d'entreprendre plusieurs petits voyages dans le temps à travers 21 chansons livrées dans une joie et un plaisir contagieux. C'est d'ailleurs majoritairement en français que l'artiste originaire du nord de l'Ontario a d'ailleurs fait l'effort de s'adresser à ses fans tout au long de la soirée.

«Montréal, vous êtes prêts? On y va», a donc lancé la belle en français après être apparue en fendant la foule, vêtue d'une robe longue échancrée et d'un chapeau recouverts de paillettes. Car des costumes scintillants et flottants au vent, il y en a eu plusieurs au fil des tableaux musicaux qui ont quasi unanimement reçu un accueil triomphant.

Shania a débuté ce spectacle de la tournée Shania Now - faisant référence à son dernier album, Now, lancé en septembre 2017 – avec l'une des nouvelles pièces de celui-ci, Life is About to Get Good. Flanquée de 6 choristes et sous une pluie de projections colorées façon Andy Warhol, la chanteuse a donné le ton à un spectacle efficace, énergique et à relativement grand déploiement.

Elle a poursuivi avec la pièce culte Come on Over, dont l'album du même nom s'était, entre autres, mérité le titre d'album country le plus vendu en 1997. À ce moment, comme tout au long du spectacle, la chanteuse s'est retrouvée bien entourée de ses choristes/danseurs et musiciens. Au fil des pièces et des styles musicaux, les accordéons, violons, guitares et différentes percussions se sont chargés de créer des ambiances vibrant au gré des désirs et des souvenirs de la chanteuse.

La chanson Up!, elle l'a livrée devant une foule en délire, perchée sur un large bloc recouvert de projections géométriques présentées en noir et blanc. À travers les jeux de lumières rouges, puis bleus, et les ballons métalliques fixés aux corps de choristes, Shania s'est mise à s'élever au-dessus de la scène.

Shania Twain au Centre Bell

Fière d'être canadienne

«C'est vraiment merveilleux d'être ici. J'adore Montréal et j'adore le Canada. Merci de me recevoir à nouveau chez vous», a-t-elle ajouté avant d'entamer une «chanson chère à son cœur», Poor Me, ballade tirée de son dernier album. «Il s'agit d'une chanson qui représente des émotions qu'il m'était nécessaire d'exprimer. Je suis heureuse de la partager avec vous.»

Le tube archiconnu Don't be Stupid fut festif à souhait alors que choristes et musiciens se sont transformés en danseurs de gigue perchés sur de hauts blocs, alors que la tant attendue That Don't Impress Me Much a fait le bonheur du public à grands coups de paroles bien connues, de robe pailletée dévoilant de longues jambes toujours parfaites, de longue traîne virevoltant au vent et de pas partagés avec ses danseurs.

La chanson Let's Kiss and Make Up a permis aux danseurs de présenter des mouvements de style légèrement africain, tandis que Any Man of Mine et Who's Bed Have your Boots Been Under se sont faites totalement country. Shania portait d'ailleurs chapeau de cowboy, hautes bottes rouges et manteau de cuir pour danser aux côtés de ses acolytes devenus cowboys, cowgirls et danseurs en ligne.

«C'est très sympa d'être à Montréal, a ajouté l'artiste. Cette chanson me fait du bien, j'espère qu'elle vous en fera aussi, car tout est dans la lumière au bout du tunnel», a-t-elle lancé avant d'entamer la touchante I'm alright entourée de joueurs de violon et de ses danseurs entièrement vêtus de noir.

Les pièces Soldier et You're Still the One («âgée d'une vingtaine d'années», a-t-elle précisé), elle les a livrées alors qu'elle était bien assise sur un étui à guitare suspendu dans les airs. «Il ne faut jamais oublier de dire au revoir aux gens qu'on aime, car on ne sait jamais quand on va les revoir.»

Après avoir bu un verre de vin montréalais et salué quelques membres de sa famille présents dans la salle, la chanteuse nous a rappelé qu'elle était originaire de l'Ontario et qu'elle était «très fière d'être canadienne». Elle avait aussi préparé un petit voyage dans le temps à travers de vieilles vidéos musicales devenues rapidement des classiques et tournées un peu partout à travers le monde au fil des années.

On a sorti les lasers bien colorés lorsqu'elle a interprété From this Moment, vêtue d'une superbe robe de princesse argentée, devant une immense projection de fleurs roses qui s'ouvraient derrière elle. Elle a ensuite enfilé deux autres costumes littéralement taillés sur mesure – un magnifique une-pièce bien moulant et sa jupe noire très courte signature – pour offrir les I'm Gonna Getcha Good, You're Not, Party for Two (interprétée en duo avec Bastian Baker) et I'm Outta Here.

Quant à la mythique Man I Feel Like a Woman, elle était visiblement la pièce la plus attendue du public, qui s'est immédiatement et unanimement levé pour chanter et danser, tel qu'il le faisait à la fin des années 90.

Bastian Baker, une belle surprise venue de la Suisse

La première partie du spectacle de Shania Twain était assurée par l'artiste suisse Bastian Baker. Le sympathique chanteur en était à sa deuxième visite à Montréal, mais à son tout premier passage au Centre Bell. Seul avec sa guitare, sa belle gueule, sa voix chaude et ses chansons anglaises entraînantes aux accents country, il a rapidement conquis la foule et réchauffé l'atmosphère pour la venue de la diva. Un bien beau moment, d'ailleurs, que celui où il a livré un Hallelujah bien senti en l'honneur du grand artiste montréalais disparu Leonard Cohen.

Shania Twain sera de passage à Québec, au centre Vidéotron, le 28 juin prochain.