POLITIQUE
26/06/2018 18:53 EDT | Actualisé 26/06/2018 18:53 EDT

Tarifs douaniers: des mesures de soutien pour les entreprises bientôt

C'est ce qu'a laissé entendre le ministre des Finances Bill Morneau.

PC/ Patrick Doyle
Les ministres des Finances du pays rassemblés mardi.

Les entreprises touchées par les tarifs douaniers américains et canadiens pourront compter sur des mesures de soutien bientôt, a laissé entendre mardi le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, à l'issue de la rencontre fédérale, provinciale et territoriale des ministres des Finances à Ottawa.

«On va expliquer nos mesures dans les prochains jours, a-t-il affirmé en conférence de presse. Ça c'est très important. (...) Nous allons continuer avec notre approche de dire clairement aux Américains que les tarifs ne sont pas justes. Pour nous c'est certain qu'il faut l'expliquer et en même temps, on va considérer ce qu'on peut faire ici au Canada pour améliorer notre économie.»

«Je me sens rassuré, oui, de constater la volonté du gouvernement (fédéral) de lui aussi mettre en place des mesures compensatoires, a réagi le ministre des Finances québécois, Carlos Leitao. Ça leur prend un peu plus de temps que pour nous, mais eux aussi ils sont prêts à le faire et ils le feront en temps opportun.»

Québec a offert il y a deux semaines 100 millions $ en prêts et garanties de prêts pour les plus petits joueurs de l'industrie de l'aluminium et de l'acier visés par les droits tarifaires aux États-Unis.

M. Leitao s'attend à ce que les mesures fédérales soient annoncées après le 1er juillet, date d'entrée en vigueur des tarifs canadiens sur l'acier, l'aluminium et de nombreux produits de consommation américains en réaction à ceux imposés par l'administration Trump depuis le 1er juin. Elles pourraient prendre diverses formes, dont un assouplissement du programme d'assurance-emploi pour les travailleurs touchés.

«Une entreprise qui doit importer de l'acier des États-Unis, doit payer un tarif de 25 pour cent, donc ses coûts de production vont augmenter très, très rapidement et c'est pour cela que le gouvernement fédéral doit avoir la liste finale des produits qui vont faire face à un tarif canadien pour voir quels seront les meilleurs moyens de compenser ces augmentations de coûts», a expliqué M. Leitao.

Une liste préliminaire dévoilée au début du mois par le ministère des Finances a fait l'objet d'une consultation. Elle contient de nombreux produits comme du yogourt, de la moutarde, des stylos à bille ou des tuyaux de plomberie en aluminium.

La menace que fait peser l'administration Trump sur l'économie canadienne était au coeur de la réunion des ministres des Finances. Ceux-ci se rencontrent deux fois par année à Ottawa, en décembre et en juin, mais cette fois leur réunion s'est déroulée dans un contexte de guerre commerciale avec les États-Unis.

Certains experts craignent que cette situation ne finisse par causer une récession, un pas que le ministre Morneau n'a pas voulu franchir.

«En ce moment, notre économie est dans une bonne position, a-t-il rappelé. Nous avons un niveau de croissance assez bien, ça c'était très bien passé l'an dernier, nous avons le taux de chômage le plus bas depuis 40 ans. Les indicateurs continuent d'être bons pour l'économie, mais bien sûr un problème d'échanges (commerciaux) avec les Américains est un problème.»

Les ministres se sont entendus pour faire front commun contre les tarifs américains. Ils veulent également continuer de réduire les barrières commerciales entre les provinces pour aider les entreprises à développer de nouveaux marchés intérieurs.

«Les choses qui sont achetées aujourd'hui aux États-Unis, est-ce qu'il y a moyen qu'elles soient achetées au Canada?, a suggéré M. Leitao. Est-ce qu'il y a une compagnie canadienne qui peut fournir le même bien à un prix compétitif? Est-ce que nous pouvons structurer nos programmes d'aide avec le but ultime d'améliorer la compétitivité des entreprises canadiennes et québécoises.»

Le président américain Donald Trump a imposé le 1er juin des tarifs douaniers de 25 pour cent sur les importations d'acier et de 10 pour cent sur celles de l'aluminium du Canada, du Mexique et de l'Europe.

Les tarifs que le Canada imposera à son tour en représailles dès dimanche s'élèveront à 16,6 milliards $.

«C'est toujours très délicat, a commenté M. Leitao avant la rencontre. Je pense que nous voulons tous éviter une guerre commerciale, donc éviter une escalade dont personne ne sortirait gagnant. En même temps, c'est aussi très utile d'envoyer le message qui a été envoyé par M. Trudeau et le gouvernement fédéral que le Canada "won't be pushed around".»

Il a souligné que le premier ministre québécois, Philippe Couillard, était à Washington pour rencontrer le secrétaire au Commerce américain, Wilbur Ross, pour rappeler ce message.