NOUVELLES
22/06/2018 07:11 EDT | Actualisé 22/06/2018 07:36 EDT

Des retrouvailles pour des familles coréennes séparées par la guerre auront lieu en août

Des millions de personnes avaient été séparées il y a près de 70 ans.

La dernière fois que ces familles se sont vues, c'était en 2015.
The Korea Press Photographers' A
La dernière fois que ces familles se sont vues, c'était en 2015.

Pyongyang et Séoul ont convenu vendredi de la reprise en août prochain des réunions de familles séparées par la guerre de Corée, les premières retrouvailles de ce type depuis 2015, selon un communiqué commun inter-coréen publié par le ministère sud-coréen pour l'unification.

Les retrouvailles auront lieu du 20 au 26 août au mont Kumgang, en Corée du Nord, selon ce communiqué, dernière illustration en date de la détente sur la péninsule.

Des millions de personnes avaient été séparées voici près de 70 ans par le conflit coréen (1950-53) qui avait scellé la division de la péninsule.

La plupart d'entre elles sont mortes sans avoir eu de nouvelles ou avoir revu leurs proches de l'autre côté de la frontière, fermée à toutes communications pour la population.

LIRE AUSSI:

La reprise de ces réunions de familles fait partie des accords conclus lors de la rencontre déterminante survenue en avril dernier des présidents nord-coréen Kim Jong Un et sud-coréen Moon Jae-in.

"Cent participants seront sélectionnés pour chaque côté", indique le communiqué conjoint inter-coréen.

Les inspections sur le site prévu pour ces réunions sur le mont Kumgang débuteront la semaine prochaine, selon la même source.

Seulement quelque 57 000 personnes enregistrées auprès de la Croix rouge sud-coréenne pour rencontrer leurs proches sont toujours en vie, et la plupart d'entre elles sont âgées de plus de 70 ans.

À voir également:

Pour les heureux élus, de telles retrouvailles constituent des moments à forte charge émotionnelle. Elles durent trois jours après des décennies de séparation et se terminent par un autre adieu pouvant cette fois-ci être définitif.

Un tel programme de réunions familiales avait véritablement commencé après un sommet historique inter-coréen en 2000. Ces retrouvailles se déroulaient initialement tous les ans, avant que les crispations à la frontière entre les deux Corées ne les rendent rares.

Pyongyang a longtemps été accusé d'utiliser à des fins politiques la question des réunions de familles divisées, en refusant les propositions visant à les rendre régulières ou en annulant de telles réunions à la dernière minute.