DIVERTISSEMENT
22/06/2018 09:56 EDT | Actualisé 22/06/2018 10:25 EDT

Le Cirque du Soleil s’installe en Inde avec «Bazzar»

Vous devrez voyager si vous voulez voir le nouveau spectacle du Cirque du Soleil...

Cirque du Soleil

Devenir le leader mondial en divertissement au monde : voilà l'objectif ultime et avoué du Groupe Cirque du Soleil. Déjà fièrement présent dans une soixantaine de pays, le Cirque du Soleil s'apprête à boucler ses nombreuses valises pour se rendre en Inde, l'un des derniers grands marchés où l'entreprise ne s'était pas encore implantée. Son billet d'entrée ? Bazzar, un tout nouveau spectacle créé de toutes pièces pour ce marché prometteur encore intouché.

Une première présence en Inde

Les spectateurs québécois devront se prévoir une escapade en Inde s'ils veulent avoir la chance de découvrir le petit dernier du Cirque du Soleil. Car Bazzar, cette toute nouvelle production modelée aux particularités du marché indien (et des autres marchés où, pour des raisons de logistiques ou économiques, les spectacles habituels ne peuvent être présentés), ne sera pas présentée à Montréal. C'est plutôt à Mumbai, en novembre prochain, que se dressera le chapiteau de ce spectacle au format revisité. Un voyage exploratoire dont le but est de charmer l'Inde tout d'abord, puis éventuellement la Grèce (Mykonos, Santorin), l'Afrique du Sud, celle de l'Ouest et le reste du monde...

Il y a un bon moment que le Groupe Cirque du Soleil se creusait la tête afin de dénicher la meilleure façon de se déplacer en Inde. De ces réflexions est né Bazzar, un spectacle tout neuf misant sur le retour aux sources et les effets de proximité et de simplicité pour poursuivre cet objectif de croissance à travers diversification créative et géographique.

C'est sous un chapiteau de 41 mètres (soit le format original des chapiteaux du début de l'histoire du Cirque du Soleil) et de 1 500 sièges (au lieu des 2 500 places désormais habituelles) que ce spectacle présenté en 2 parties de 40 minutes chacune se tiendra en territoire indien. Un concept plus intime et plus accueillant promettant aux spectateurs une proximité avec l'action, les artistes et l'histoire même, dont ils auront bien plus l'impression de faire partie que d'en être simplement témoins. Des installations qui s'avèrent plus agiles au niveau de la logistique aussi, BAZZAR ayant bien l'intention de déplacer ses 25 conteneurs et ses 700 tonnes de matériel de ville en ville et de pays en pays.

«L'Inde est l'un des plus grands marchés en croissance, explique Aude Gagnon-Raymond, directrice principale au développement de nouveaux projets d'affaires au Cirque du Soleil. C'est un marché qui possède une très grande tradition circadienne. Des cirques traditionnels sont encore sur place et on y retrouve une grande culture de cirque, notamment dans les films où on y sent une grande nostalgie. Il se trouve là-bas un grand appétit pour le cirque.»

Les concepteurs du Cirque du Soleil se sont rapidement aperçus que la simple adaptation d'un des spectacles déjà existants aurait exigé bon nombre de compromis qu'ils n'étaient pas prêts à faire. Ils ont donc choisi de créer - pour la toute première fois – un spectacle de toutes pièces pour un marché déterminé. Un spectacle plus petit physiquement, certes, mais qui devrait impérativement conserver les standards de qualité du Cirque du Soleil... et créer la même magie!

Cirque du Soleil

Les racines du Cirque du Soleil

Bazzarest un hommage aux fondateurs et aux fondations du Cirque du Soleil. Un spectacle qui prend au cœur plus qu'il n'essaie d'impressionner. Qui s'agrippe aux racines du Cirque.

«Je souhaitais que les spectateurs voient l'intérieur d'un processus de création, explique Susan Gaudreau, auteure et metteuse en scène. L'idée de cette histoire - un maestro et sa troupe tentant de créer un spectacle - vient de cette envie de revenir aux débuts du Cirque du Soleil. Il y a 34 ans, le Cirque n'était pas cette grosse machine que l'on connaît aujourd'hui. Je voulais revenir aux débuts de tout cela, à la simple idée d'un groupe d'artistes désireux de se retrouver ensemble pour créer de la magie et des performances. »

Bazzar se veut ainsi une histoire amusante et toute simple gravitant autour d'un clown-maestro qui se croit en contrôle sans l'être et d'une troupe de jeunes qui suivent - parfois - ses conseils! L'une des artistes étant une rebelle, elle se chargera de venir constamment contrecarrer les efforts du maestro, poussant le spectateur à se demander qui aura le dessus à la fin de l'histoire.

Trente artistes forment cette troupe entourant le maestro débordé sur scène. À travers leurs différents numéros acrobatiques, ils présenteront «l'expérience Cirque du Soleil» aux spectateurs indiens vierges de ces créations mondialement reconnues: des numéros plus traditionnels tel le vélo acrobatique, d'autres, plus contemporains comme la corde lisse, et un numéro offert pour la toute première fois dans un spectacle : celui de pôle indien se voulant un clin d'œil à cette première présence du Cirque en Inde. Un cracheur de feu et des échassiers déambuleront aussi sur scène, bel hommage aux fondateurs du Cirque du Soleil Guy Laliberté et Gilles Sainte-Croix jadis artistes de rue.

«J'avais aussi envie de jouer avec l'idée du temps, ajoute l'auteure et metteuse en scène. Le temps qui passe et qui doit mener vers la création finale de ce spectacle. Je souhaitais montrer que le processus de création n'est pas figé dans le temps. Qu'il laisse place à beaucoup de liberté, de surprises et d'imprévus. C'est aussi ce qui permet aux spectateurs de trouver la magie dans le spectacle. Et c'est ce que faisait le Cirque du Soleil à ses débuts : créer à grands coups d'expériences, d'essais et d'erreurs.»

Bazzar est la 43e production originale du Cirque du Soleil depuis 1984.

Galerie photo«Bazzar» du Cirque du Soleil Voyez les images