POLITIQUE
21/06/2018 15:56 EDT | Actualisé 30/06/2018 08:34 EDT

Québec et Montréal annoncent une dalle-parc bonifiée

Un nouveau parc-nature sera aussi créé dans l'ancienne emprise de l'autoroute 20 et la cour Turcot.

Le ministre des Transports, André Fortin.
Olivier Robichaud
Le ministre des Transports, André Fortin.

Le gouvernement du Québec ira finalement de l'avant avec le projet de dalle-parc dans le secteur de l'échangeur Turcot, quelques années après l'avoir retiré des plans pour l'échangeur. Le nouveau concept sera bonifié et intégré dans un plus vaste projet de parc-nature.

Le ministre des Transports, André Fortin, a annoncé jeudi l'engagement de son gouvernement à construire la dalle-parc. Le gouvernement provincial et la Ville de Montréal financeront à parts égales une nouvelle étude d'opportunité pour élaborer le nouveau concept qui sera choisi. M. Fortin promet qu'il sera plus élaboré que la dalle-parc qui avait été retirée du projet Turcot.

Parallèlement, l'Office de consultation publique de Montréal mènera des consultations sur le sujet.

Le nouveau concept devrait être présenté en cours d'année, pour une mise en chantier en 2020.

M. Fortin et la mairesse de Montréal, Valérie Plante, parlent désormais d'un projet de parc-nature qui s'étirerait de la place Turcot au boulevard Angrignon. La dalle-parc le connecterait au parc Terry-Fox, dans Notre-Dame-de-Grâce.

Reconnecter des quartiers

Rappelons que la dalle-parc doit créer un lien piéton et cyclable entre les quartiers situés au-dessus de la falaise Saint-Jacques, au nord de l'autoroute 720, et ceux situés au sud. À terme, la Ville souhaite que les Montréalais puissent circuler entre Westmount, Notre-Dame-de-Grâce et Saint-Henri dans un circuit continu qui se connecterait au futur boulevard urbain de la rue Notre-Dame.

Le responsable des grands parcs à la Ville de Montréal, Luc Ferrandez, s'est réjoui de l'annonce de jeudi.

«Ça prend longtemps pour recoudre des quartiers qui ont été déchirés par des années d'urbanisme d'une autre époque. Vous savez, c'est le premier qui a rêvé de faire un parc ici est le maire Jean Drapeau», souligne-t-il.

Le risque des élections

L'avenir de la dalle-parc et du parc-nature pourrait toutefois être mis en péril selon les résultats des élections du 1er octobre. Jusqu'à présent, le Parti libéral, le Parti québécois et Québec solidaire se sont mobilisés pour sa concrétisation, mais la Coalition Avenir Québec s'est faite plus discrète.

M. Fortin estime toutefois qu'il sera très difficile pour un gouvernement quel qu'il soit de revenir en arrière.

«Vous avez un engagement très clair de notre part. [...] Un gouvernement qui voudrait retirer ce projet de la planification du Québec devra avoir de très bonnes explications pour les citoyens», lance-t-il.