BIEN-ÊTRE
21/06/2018 17:38 EDT | Actualisé 21/06/2018 17:38 EDT

Des virus dans le cerveau pourraient jouer un rôle dans la maladie d'Alzheimer

Les virus pourraient même activer et désactiver les gènes liés à la maladie d'Alzheimer.

Mount Sinai Health System via AP

Des virus qui se faufilent jusque dans le cerveau pourraient jouer un rôle dans la maladie d'Alzheimer, rapportent jeudi des scientifiques, dans une étude surprenant qui promet de relancer certaines théories longuement débattues sur ce qui déclenche cette maladie qui efface l'esprit.

Les résultats ne prouvent pas que les virus causent la maladie d'Alzheimer, ni ne laissent entendre qu'elle est contagieuse.

Mais une équipe dirigée par des chercheurs du réseau de santé new-yorkais Mount Sinai a découvert que certains virus — dont deux virus de l'herpès extrêmement courants — influencent le comportement des gènes impliqués dans la maladie d'Alzheimer.

L'idée que les infections qui surviennent plus tôt dans la vie puissent en quelque sorte préparer le terrain à l'apparition de la maladie d'Alzheimer des décennies plus tard mijote en périphérie de la médecine traditionnelle depuis des années. Elle a été éclipsée par la théorie dominante selon laquelle la maladie d'Alzheimer provient de plaques collantes qui obstruent le cerveau.

L'étude de jeudi interpelle même quelques spécialistes qui n'ont jamais cru au lien avec une infection et qui disent maintenant qu'il est temps d'y regarder de plus près, d'autant plus que les tentatives pour empêcher la formation de ces plaques de bêta-amyloïdes ont échoué.

L'étude concorde également avec les preuves de plus en plus nombreuses voulant que l'agressivité du système immunitaire du cerveau face aux virus ou autres germes puisse être plus dangereuse que l'infection elle-même, explique le docteur Rudolph Tanzi, spécialiste de l'alzheimer à l'Hôpital général du Massachusetts.

Getty Images/iStockphoto

Avec un collègue de Harvard, le docteur Robert Moir, le docteur Tanzi a réalisé des expériences qui montrent que le bêta-amyloïde collant capture et engloutit les germes envahissants — et c'est pourquoi la plaque commence à se former en premier lieu.

«Il restait encore une question: dans le cerveau (touché par l'alzheimer), quels sont les microbes qui sont importants, quels sont les microbes qui déclenchent la plaque?», indique le docteur Tanzi, qui n'a joué aucun rôle dans la nouvelle recherche.

L'équipe de Mount Sinai et de l'université Arizona State a trouvé des suspects viraux — de façon accidentelle. L'étude financée par les Instituts nationaux de la santé (NIH) ne partait pas à la chasse aux virus, mais cherchait de nouvelles cibles de médicaments pour la maladie d'Alzheimer. Les chercheurs utilisaient des données génétiques complexes provenant de centaines de cerveaux dans plusieurs banques de cerveaux pour comparer les différences entre les personnes mortes avec l'alzheimer et les personnes ayant des fonctions cognitives normales.

Les premiers indices que les virus étaient dans les parages «nous ont sauté dessus en criant», lance un généticien de Mount Sinai, Joel Dudley, un des auteurs principaux de la recherche publiée jeudi dans la revue «Neuron».

L'équipe a trouvé des niveaux de matériel génétique viral beaucoup plus élevés dans les cerveaux atteints de la maladie d'Alzheimer que dans les cerveaux normaux. Les plus abondants étaient deux virus de l'herpès humain, connus sous le nom de HHV6a et HHV7, qui infectent la plupart des gens pendant l'enfance, souvent sans symptômes, puis restent dormants dans le corps.

Ce n'était pas inhabituel. Depuis 1980, d'autres chercheurs ont lié une variété de bactéries et de virus, y compris un autre type d'herpès qui cause l'herpès labial, à un risque accru d'alzheimer. Mais les chercheurs n'avaient encore jamais pu déterminer si les germes étaient simplement des spectateurs, ou s'ils stimulaient activement la maladie d'Alzheimer.

Les réseaux sociaux des virus

La nouvelle étude est allée plus loin: les chercheurs ont utilisé des modèles informatiques pour vérifier comment les gènes viraux interagissent avec les gènes humains, les protéines et l'accumulation d'amyloïdes, presque comme les réseaux sociaux des virus, explique le docteur Dudley.

«Nous sommes en mesure de voir si les gènes viraux sont les amis de certains des gènes de l'hôte, et s'ils envoient des gazouillis, nous pouvons voir qui retransmet leurs gazouillis», a-t-il ajouté.

Ils ont trouvé plusieurs interactions, ce qui suggère que les virus pourraient même activer et désactiver les gènes liés à la maladie d'Alzheimer. Pour voir si ces interactions importaient, les chercheurs ont élevé des souris dépourvues d'une molécule que l'herpès semblait détruire. Effectivement, les animaux ont développé davantage de ces plaques amyloïdes.

«Je lis cette étude et je tombe assis et je dis "wow"», admet le directeur des programmes scientifiques de l'Association Alzheimer, le docteur Keith Fargo.

Il affirme que la recherche rend beaucoup plus plausible l'hypothèse d'une connexion virale, mais avertit que l'étude ne changera pas dans l'immédiat la façon dont les patients d'aujourd'hui sont traités.

Si les résultats se confirment, ils pourraient changer la façon dont les scientifiques cherchent de nouvelles façons de traiter ou de prévenir l'alzheimer. Déjà, les NIH financent une première étude pour voir si un médicament antiviral est bénéfique pour les personnes atteintes légèrement de la maladie d'Alzheimer et de différents virus de l'herpès.

Le simple fait d'être porteur d'un virus de l'herpès «ne signifie pas que vous allez avoir la maladie d'Alzheimer, souligne le docteur Tanzi. Il n'a peut-être même pas pénétré le cerveau».

Mais dans une autre étude qui sera bientôt publiée, le docteur Tanzi démontre biologiquement comment le virus HHV6 et un virus qui cause des feux sauvages peuvent déclencher ou «ensemencer» la formation de la plaque amyloïde, ce qui soutient les découvertes du réseau de santé Mount Sinai.

Pourtant, il ne pense pas que les virus soient les seuls suspects.

«L'étude de Mount Sinai nous raconte le côté viral de l'histoire, nous devons encore travailler sur le côté microbien de l'histoire, explique le docteur Tanzi, qui recherche des bactéries et autres pathogènes dans ce qu'on appelle le projet Brain Microbiome. Le cerveau a toujours été considéré comme un endroit stérile. Ce n'est absolument pas vrai.»