NOUVELLES
21/06/2018 19:17 EDT | Actualisé 21/06/2018 19:17 EDT

Des archéologues fouillent le légendaire site de Woodstock

Peut-être trouveraient-ils un vieil emblème de paix? Ou un collier de perles hippies?

AP Photo/Marty Lederhandler, File

Les archéologues qui ont arpenté la colline rendue célèbre par le festival de musique de Woodstock en 1969 ont soigneusement passé au crible une époque de paix et d'amour, de protestation et de bonnes vibrations.

Peut-être trouveraient-ils un vieil emblème de paix? Ou un collier de perles hippies? Ou le médiator de Jimi Hendrix?

L'excavation de cinq jours a déterré quelques artefacts peu impressionnants : des parties de vieilles tirettes d'aluminium, des morceaux de bouteilles de verre cassées. Mais la principale mission du programme d'Archéologie publique de l'Université de Binghamton était d'aider à déterminer plus précisément à quel endroit The Who, Creedence Clearwater Revival, Janis Joplin et Joe Cocker ont impressionné les foules il y a 49 ans.

«Le but de cette enquête est de délimiter l'espace de la scène», a expliqué le directeur du projet, Josh Anderson, agenouillé près d'un trou qui témoigne de la présence d'une clôture qui séparait 400 000 fans de la scène.

«Nous pouvons utiliser cela comme point de référence, a ajouté M. Anderson. Les gens peuvent se tenir là et regarder la colline et dire, 'Oh, c'est là que se trouvaient les artistes. Jimi Hendrix était là et jouait de la guitare à 8 h 30'.»

La génération vieillissante du baby-boom pourrait pâlir à la pensée d'archéologues qui ratissent l'endroit qui a littéralement prêté son nom à leur génération — comme s'il s'agissait du site d'une bataille de la guerre civile. Mais la vieille ferme de Max Yasgur à environ 130 kilomètres au nord de New York est déjà inscrite au registre national des lieux historiques. Et la colline a été préservée depuis la fin des années 90 par un organisme sans but lucratif qui gère un musée des années 60 adjacent (où on trouve de tout, même un bus psychédélique).

«C'est un site historique important dans la culture américaine, l'un des rares événements pacifiques des années 1960 qui est commémoré», a expliqué Wade Lawrence, le directeur du Musée de Bethel Woods.

Il a ajouté que le travail des archéologues aidera le musée à planifier des itinéraires d'interprétation à temps pour le 50e anniversaire du concert l'année prochaine.

M. Lawrence a ajouté que les clichés aériens pris pendant le festival ne sont pas assez fiables pour déterminer l'emplacement de la scène en 1969, ou encore là où se trouvaient les tours d'éclairage et les haut-parleurs.

Les données récoltées sur place sont utiles, bien que le bas de la colline ait été modifié à la fin des années 90 pour accueillir une scène temporaire pour les spectacles d'anniversaire. L'emplacement de la scène originale se trouve maintenant sous une couche de sol de remplissage compacté.

Mais les archéologues pensent qu'ils ont trouvé l'endroit où une clôture à mailles losangées, sur le côté de la scène, rencontrait la «clôture de la paix» en bois qui courait devant la scène. Cela leur permet d'associer des photos prises pendant le concert à un endroit spécifique sur le terrain. Cela pourrait les aider à estimer où se trouvaient les coins de la scène il y a 49 ans.

Pendant les fouilles, les archéologues ont déroulé des mètres carrés de la longue pelouse verte et ont soigneusement gratté des centimètres de terre à la recherche d'indices pour déterminer l'ancienne configuration.

«Il y a un peu de science et un peu de conjectures, a expliqué l'archéologue Paul Brown. On espère avoir de la chance.»

Les artefacts qu'ils ont trouvés en cours de route seront analysés et cartographiés en fonction de leur profondeur et de leur emplacement. M. Anderson a déclaré que des artefacts en apparence obsolètes, comme les parties de tirettes, sont utiles car ils indiquent où se trouvait la surface au moment du concert.

M. Lawrence a expliqué que le rapport des archéologues sera également utilisé lorsque les responsables du musée envisageront de restaurer les environs de la scène originale. Le musée évalue soigneusement tout changement apporté au site, compte tenu de son importance pour tant de personnes.

Un flot de visiteurs lors d'une récente journée ensoleillée a visité le coin du terrain où une grande plaque de métal commémore le concert. Certains ont fait des signes de paix en souriant pour les photos, d'autres se sont arrêtés tranquillement pour contempler l'étendue herbeuse.

«Il y a juste quelque chose à propos de cet endroit — et je ne suis pas le seul — qui attire les gens ici, a expliqué Charles Maloney, un ancien de Woodstock âgé de 67 ans, alors qu'il se tenait près de la plaque. Je veux dire, il pourrait y avoir 200 personnes ici et vous pourriez quand même entendre le silence.»