POLITIQUE
21/06/2018 07:27 EDT | Actualisé 21/06/2018 13:47 EDT

Avions-ambulances: Gaétan Barrette s'excuse pour ses propos sur les Autochtones

Des habitants du Nunavik avaient accusé le ministre de la Santé de nourrir des préjugés à leur endroit.

La Presse canadienne/Mario Beauregard

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, s'excuse pour des propos qui ont offensé les communautés autochtones concernant l'évacuation médicale des habitants du nord du Québec par avion.

Un enregistrement audio obtenu par Le Devoir et la CBC permet d'entendre le ministre Barrette dire, en anglais, que d'ici six mois, il y aura au moins un cas d'une personne qui ne sera pas admise dans l'avion parce que quiconque est agité, drogué ou sous l'influence de quoi que ce soit ne sera pas autorisé à monter à bord.

Le ministre a ajouté que de tels cas arrivent tout le temps.

Cet enregistrement a été fait il y a deux semaines lorsque le ministre Barrette prenait un bain de foule à Brossard, sur la rive-sud de Montréal.

«En aucun temps, je n'ai fait référence à une communauté autochtone dans l'extrait rapporté, soutient le ministre Barrette. Rappelons aussi que la politique d'accompagnement ne vise pas exclusivement les communautés autochtones mais l'ensemble de la population vivant dans des secteurs éloignés du Québec.»

Des Autochtones du Nunavik avaient accusé M. Barrette de nourrir des préjugés à leur endroit en laissant croire que des parents du grand nord peuvent être expulsés de l'avion-ambulance transportant leurs enfants en raison de leurs problèmes de dépendance à la drogue ou à l'alcool.

«Les préjugés et la discrimination envers les autochtones sont malheureusement encore présents dans notre société et il faut s'y attaquer», a convenu le ministre.

«En cette Journée nationale des peuples autochtones, je souhaite lancer un message de respect et d'amitié envers toutes les nations autochtones du Québec. Encore une fois, je suis désolé si mes propos ont blessé qui que ce soit. Ce n'était pas mon intention.»

Avec La Presse Canadienne.