POLITIQUE
20/06/2018 17:34 EDT | Actualisé 20/06/2018 17:35 EDT

L'opposition boycotte sa propre motion de blâme contre la mairesse de Longueuil

La séance a été reportée à jeudi... et pourrait encore être boycottée.

Capture d'écran - Ville de Longueuil

Les rebondissements n'arrêtent plus au conseil municipal de Longueuil. Après avoir réclamé une séance extraordinaire pour déposer un motion de blâme contre la mairesse Sylvie Parent, l'opposition ne s'est tout simplement pas présentée.

Deux motions de blâme devaient être débattues mercredi. L'opposition reproche à Mme Parent d'avoir suspendu les travaux des commissions, qui étudient divers dossiers avant de les soumettre au conseil. Mme Parent reproche à son tour au président du conseil, Jonathan Tabarah, d'être partisan parce qu'il a signé la motion de blâme avec ses autres collègues du parti d'opposition Longueuil Citoyen.

M. Tabarah est le seul élu de Longueuil Citoyen à s'être présenté à la séance de mercredi. L'affaire a été reportée à jeudi, faute de quorum.

L'opposition reproche à la mairesse d'avoir choisi la date tout en sachant que trois élus de l'opposition ne pourraient pas s'y présenter. Si le vote avait eu lieu, Longueuil Citoyen aurait perdu la majorité qu'il détient avec l'autre parti d'opposition, Option Longueuil.

Longueuil Citoyen détient huit des 18 sièges au conseil. Option Longueuil en a trois. Le parti de la mairesse, Action Longueuil, compte 6 sièges. Un septième est occupé par une conseillère indépendante qui a tendance à voter avec Mme Parent depuis qu'elle a quitté Longueuil Citoyen.

Puisque le président du conseil ne peut voter, encore moins sur une motion de blâme qui le concerne personnellement, les forces auraient été à égalité.

Selon le cabinet du chef de l'opposition, Xavier Léger, la mairesse savait que les élus souhaitaient que la séance se tienne entre le 26 et le 29 juin. Mme Parent répond que le comité exécutif se réunit le 26 et que les autres dates ne lui ont été communiquées que mardi soir, soit après la convocation.

Mme Parent accuse ses opposants de jouer des jeux partisans au détriment de la population.

«Est-ce que les débats qu'on a, ça satisfait les citoyens? Non. Est-ce que ça leur donne un avantage? Non. À qui ça bénéficie tout ça?», demande-t-elle en entrevue au HuffPost Québec.

Selon le cabinet de M. Léger, les élus de l'opposition pourraient répéter leur boycott jeudi.