NOUVELLES
20/06/2018 08:23 EDT | Actualisé 20/06/2018 08:42 EDT

Une troisième journée de grève pour les grutiers

La grève des grutiers est considérée comme illégale par la Commission de la construction du Québec.

Getty Images/iStockphoto

Des grutiers ont été aperçus mercredi matin au sortir des locaux d'un de leurs syndicats à Anjou, dans le nord-est de Montréal, ce qui laisse croire que de nouveau, ils pourraient ne pas se présenter sur les divers chantiers de construction pour une troisième journée cette semaine.

Mardi, des ouvriers rendus mécontents par certains changements apportés à la formation imposée aux nouveaux grutiers s'étaient réunis dès 5h00 dans une salle de réceptions de l'arrondissement Saint-Léonard.

En quittant la réunion, ils n'ont pas voulu dire si leur grève se poursuivrait, ni de quoi ils avaient discuté; leur attitude était la même mercredi matin.

La grève des grutiers est considérée comme illégale par la Commission de la construction du Québec qui a annoncé qu'elle enquêtait après que des ouvriers aient affirmé qu'ils étaient entrés au travail, lundi, mais qu'ils avaient été fortement incités à quitter le chantier.

ziggy1 via Getty Images
Les grutiers sont notamment nombreux en ce moment sur les chantiers du pont Champlain (photo) et de l'échangeur Turcot.

La Commission de la construction n'a pas encore réagi, mercredi, à la possibilité que la grève se poursuive.

La convention collective qui lie les associations patronales et les syndicats est en vigueur jusqu'en 2021.

Pour sa part, le premier ministre Philippe Couillard a exhorté les grutiers à retourner au travail le plus rapidement possible. Il a ajouté que c'était dans leur intérêt car il y a des conséquences à une grève illégale.

Le premier ministre a ajouté qu'il doutait de la nécessité d'une loi spéciale car à son avis, la Commission de la construction dispose de pouvoirs importants pour agir.