NOUVELLES
20/06/2018 19:24 EDT | Actualisé 20/06/2018 19:29 EDT

Des enfants migrants drogués sans consentement dans des centres gouvernementaux américains

Les allégations portent sur un établissement de santé mentale au Texas qui a eu des problèmes dans le passé.

Le personnel travaillant pour le compte du Bureau de la réinstallation des réfugiés (BRR) droguent systématiquement les enfants migrants en situation de détresse avec des psychotropes sans le consentement de leurs parents, selon des documents de cour.

Les responsables de l'administration Trump ont maintes fois insisté sur le fait que la politique de séparation des familles qu'ils ont mise en place au cours des six dernières semaines est sans cruauté. Mais le procès en cours sur l'accord de Flores, un règlement de 1997 qui régit en partie la détention des enfants migrants que la Maison-Blanche espère renverser, allègue une litanie d'actes répréhensibles dans les installations contractées par le BRR.

Les allégations concernant les injections de drogues sont parmi les plus inquiétantes. Un enfant, cité dans les documents déposés en cour, a déclaré avoir pris jusqu'à neuf comprimés le matin et sept autres le soir, sans savoir quel était le médicament.

"Le BRR administre régulièrement des médicaments psychotropes aux enfants sans autorisation légale", note un mémo déposée le 16 avril. "Lorsque les jeunes s'opposent à la prise de tels médicaments, le BRR les contraint. Le BRR n'exige ni ne demande le consentement d'un parent avant de donner un médicament à un enfant, ni ne sollicite l'autorisation légale de consentir à la place des parents. Au lieu de cela, le personnel du BRR ou de l'établissement signe des formulaires de «consentement» se dotant d'une «autorité» pour administrer des médicaments psychotropes aux enfants confinés.

Loren Elliott / Reuters
Among the most disturbing are the accusations that staff at federally contracted facilities gave children five different types of psychotropic medications without informing their parents.

La plupart des allégations se concentrent sur le centre de traitement résidentiel Shiloh, à Manvel, au Texas. Mais les avocats de l'affaire Flores, qui ont accès aux dossiers médicaux de leurs clients, disent que le problème est très répandu.

"Ce n'est pas spécifique à Shiloh", a déclaré Holly Cooper, l'un des avocats représentant les enfants dans le litige de l'accord Flores, à propos des allégations de d'utilisation de drogues. Les avocats ont vu l'utilisation de médicaments psychotropes dans tous les établissements où le gouvernement fédéral détient des mineurs non accompagnés, mais ont noté que les seuls cas d'injections forcées qu'ils ont documentés se sont produits à Shiloh.

Un enfant, identifié dans les dossiers de la cour comme Julio Z., a déclaré que le personnel de Shiloh l'avait jeté à terre et l'avait forcé à prendre des médicaments. Il a assuré avoir vu le personnel ouvrir la bouche d'un autre enfant pour le forcer à avaler une pilule. Lorsque Julio Z. a tenté de refuser le médicament, il a dit que le médecin l'avait ignoré.

"Ils m'ont dit que si je ne prenais pas les médicaments, je ne pouvais pas partir", a déclaré Julio Z. "Que la seule façon de sortir de Shiloh était si je prenais les pilules."

"Parfois, ils me donnent des injections forcées", a indiqué un autre enfant, identifié comme Rosa L. "Un ou deux membres du personnel me tiennent les bras, et l'infirmière me donne une injection."

Les médicaments ont souvent des effets secondaires graves. Julio Z. a affirmé avoir pris 45 livres en deux mois. Une mère d'un enfant identifié dans les dossiers judiciaires comme Isabella M. a déclaré que les médicaments étaient si puissants que sa fille est tombée à plusieurs reprises parce qu'elle ne pouvait pas marcher.

Le Shiloh Residential Treatment Centre a refusé de commenter les allégations, en renvoyant le HuffPost américain au BRR. L'agence n'a pas immédiatement répondu aux appels ou aux courriels demandant des commentaires.

Le BRR libère généralement les mineurs non accompagnés à un sponsor après les avoir pris en charge - généralement un parent ou un membre de la famille. Mais à n'importe quel moment au cours des dernières années, plus de 200 enfants demeurent toujours sous la garde du gouvernement fédéral parce que le BRR n'arrive pas à trouver de répondant ou parce que l'organisme choisit de placer les enfants dans des établissements sécurisés ou des centres de traitement.

Les enfants peuvent se retrouver dans des centres de traitement en raison de problèmes de comportement ou de problèmes de santé mentale. Certains d'entre eux souffrent de traumatismes graves ou de troubles psychiatriques nécessitant des soins médicaux, y compris des problèmes comme le syndrome de stress post-traumatique. Les psychotropes peuvent, en fait, être des réponses valables à ces problèmes, ont écrit les avocats dans l'affaire Flores dans le mémo.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit et adapté de l'anglais.