DIVERTISSEMENT
18/06/2018 14:25 EDT | Actualisé 18/06/2018 14:25 EDT

Karine d'«Occupation Double Bali» poursuit sa lutte contre la cyberintimidation

«J'espère que les intimidateurs vont réaliser qu'on les lit et qu'on les voit leurs messages...»

Paméla Lajeunesse

Karine St-Michel a fait une autre sortie remarquée sur Instagram, dimanche, pour dénoncer la cyberintimidation dont elle est victime.

Au début juin, l'ex-candidate d'Occupation Double Bali avait effectué une sortie similaire pour révéler les commentaires haineux et disgracieux que lui envoient certains internautes chaque semaine.

«J'ai publié plusieurs photos de messages haineux que je reçois quotidiennement pour que vous sachiez c'est quoi ma vraie vie, ce que je vis chaque jour», a expliqué Karine St-Michel dans sa story Instagram.

Ça me fait réaliser à quel point il manque d'éducation sur la cyberintimidation dans nos écoles [...] En continuant à sensibiliser les gens, peut-être qu'un jour nous ferons la différence!Karine St-Michel

La finaliste d'OD Bali Shanie Blais a soutenu la démarche de sa bonne amie en questionnant ses abonnés à savoir pourquoi certains suivaient des gens sur les réseaux sociaux dans le simple but de les traiter de noms et «de les envoyer chier».

Malgré qu'elle eut d'abord révélé le nom d'un de ses intimidateurs, Karine St-Michel se défend de vouloir combattre le feu par le feu.

Instagram/karinestmichel_

Instagram/karinestmichel_

«Je ne pense pas que le moyen de faire comprendre à quelqu'un de ne pas faire de la cyberintimidation c'est de le cyberintimider, poursuit-elle. J'ai laissé son nom, parce que je me suis dit que si elle avait le guts de m'écrire tous ces messages, elle a le guts de le dire devant tout le monde.

«J'espère que les intimidateurs vont réaliser qu'on est des humains, qu'on les lit et qu'on les voit leurs messages.»

Plus tôt ce printemps, la gagnante d'Occupation Double Bali Alexandra Stellini et l'ex-candidate et YouTubeuse Laura-Gabriel avaient également fait part de leur désarroi face aux commentaires négatifs et à l'acharnement de certains internautes.

À voir également :