NOUVELLES
17/06/2018 10:31 EDT | Actualisé 17/06/2018 10:31 EDT

Coupe du monde: la «Maison de la diversité» forcée de déménager

La Russie a assuré aux supporters gays qu'ils seront les bienvenus lors du Mondial, que le pays accueille jusqu'au 15 juillet.

Joyce Cook, à gauche, directrice en chef de l'Association des membres de la FIFA, et l'ancienne joueuse de soccer canadienne Karina LeBlanc, au centre, lors de l'ouverture de la «Maison de la diversité», le 14 juin.
Tatyana Makeyeva / Reuters
Joyce Cook, à gauche, directrice en chef de l'Association des membres de la FIFA, et l'ancienne joueuse de soccer canadienne Karina LeBlanc, au centre, lors de l'ouverture de la «Maison de la diversité», le 14 juin.

La "Maison de la diversité" à Saint-Pétersbourg, qui doit accueillir des supporters issus de minorités ethniques et sexuelles pendant le Mondial-2018, a été forcée de changer de locaux, ont déclaré dimanche ses responsables.

"Quelques jours avant l'ouverture, le propriétaire des locaux nous a dit qu'il ne voulait plus coopérer avec nous", a expliqué à l'AFP Elena Belokourova, l'une des coordinatrices de la Maison de la diversité.

Ce lieu, créé par l'organisation anti-discriminations internationale Fare avec l'aide de la Fédération sportive LGBT russe, est un espace protégé où les fans homosexuels, entre autres, pourront se rassembler pour regarder des matches du Mondial-2018.

Le propriétaire des locaux "n'a pas donné de raison (...) mais nous nous doutons des raisons pour lesquelles c'est arrivé", a confié Elena Belokourova, ajoutant que la Maison de la diversité avait depuis trouvé de nouveaux locaux et était désormais ouverte au public.

Pour Piara Powar, à la tête de Fare, "la façon dont (le bail de) la Maison de la diversité a été annulé n'a pas surpris les organisations à Saint-Pétersbourg, ils ont reconnu la méthode qu'utilise les autorités municipales pour mettre fin aux activités qui ne sont pas conformes à leur vision politique".

"Si les autorités locales continuent à faire pression, nous sommes préparés avec nos partenaires locaux à jouer au chat et à la souris avec eux jusqu'à ce qu'ils comprennent l'importance de ce que nous essayons de faire", a prévenu Piara Powar.

La Russie a assuré aux supporters gays qu'ils seront les bienvenus lors du Mondial, que le pays accueille jusqu'au 15 juillet.

Mais si les grandes villes russes ont des communautés LGBT actives, les cas de violences à l'encontre des homosexuels défraient régulièrement la chronique dans le pays, où l'homosexualité était considérée comme un crime jusqu'en 1993 et comme une maladie mentale jusqu'en 1999.

En 2013, une loi a été votée punissant d'amendes et de peines de prison la "propagande" homosexuelle auprès des mineurs, formulation floue qui interdit de fait l'activisme en faveur des droits LGBT.

Jeudi, le militant gay britannique Peter Tatchell a ainsi été brièvement interpellé lors d'une action en plein centre de Moscou contre les violations des droits des homosexuels.