NOUVELLES
16/06/2018 16:28 EDT | Actualisé 16/06/2018 16:28 EDT

Un premier geste concret de Marc Bergevin pour régler le problème d'attitude du Canadien

Avec l'arrivée de l'ailier gauche Max Domi, Bergevin a posé un premier geste concret en ce sens.

Le directeur général Marc Bergevin a souvent parlé ces derniers mois de la nécessité de régler le problème d'attitude qui régnait dans le vestiaire du Canadien la saison dernière, et avec l'arrivée de l'ailier gauche Max Domi il a posé un premier geste concret en ce sens.

Norm Hall via Getty Images

La transaction qui a fait passer l'ailier gauche Alex Galchenyuk aux Coyotes de l'Arizona en retour de Domi vendredi soir s'inscrit dans cette philosophie d'opter pour des joueurs «de caractère» — l'arrivée d'Andrew Shaw et Karl Alzner en sont, à ce titre, des exemples éloquents ces dernières années. Bergevin ne l'a d'ailleurs pas caché en point de presse samedi midi au Centre Bell.

«C'est certain que ça prend du talent, mais les deux sont importants. On entend souvent: 'Il est talentueux, mais il n'a pas de caractère', ou encore, 'il est talentueux, mais tu ne gagneras jamais avec un gars de même'», a-t-il expliqué.

Même s'il a assuré que cette transaction n'était pas un désaveu envers le travail de Galchenyuk ces six dernières saisons, Bergevin a convenu que le temps était venu de procéder à un changement. N'empêche, l'annonce de l'arrivée de Domi en a fait sourciller plus d'un depuis vendredi soir.

Après une première saison remarquable dans la LNH avec les Coyotes en 2015-16, alors qu'il avait inscrit 18 buts et récolté 34 mentions d'aide en 82 rencontres, sa production a chuté drastiquement lors des deux dernières campagnes. Domi n'a inscrit que neuf buts à chacune d'elles, et totalisé respectivement 38 points en 2016-17 et 45 en 2017-18.

Faut-il rappeler que l'attaque du Tricolore a cruellement fait défaut la saison dernière — elle a fini 29e dans la ligue la saison dernière avec seulement 207 buts pour en saison régulière —, sans parler des problèmes au centre ainsi qu'en défensive?

«Une transaction ne se juge pas par les buts et les passes; les équipes ont des besoins différents», s'est d'abord défendu Bergevin.

Ce dernier a ainsi voulu ménager le chou et la chèvre, en passant une bonne partie du point de presse à minimiser les attentes envers Domi. Après tout, à la suite du départ de Galchenyuk, seuls deux joueurs du Tricolore — Max Pacioretty et Brendan Gallagher — ont déjà atteint le plateau des 30 buts en saison régulière. Bergevin s'est toutefois défendu d'avoir acquis un joueur moins talentueux en Domi.

«Oui, nous sommes conscients (que Max a eu une baisse de régime), a reconnu Bergevin. Avec le changement d'adresse, on croit qu'il va hausser son niveau de jeu. (...) Max a beaucoup produit au niveau junior. Il y a beaucoup d''upside' avec lui.»

Lorsqu'on lui a demandé d'évoquer les qualités de Domi, Bergevin n'a pas hésité et lancé: «Allez voir sur YouTube!»

«Nous amenons un joueur talentueux. Évidemment, il a marqué moins de buts qu'Alex, mais il (Max) amène des intangibles à l'intérieur et à l'extérieur de la patinoire, a souligné Bergevin. Max, c'est un joueur rapide, qui a de l'énergie, qui fait bien circuler la rondelle et qui veut jouer à Montréal.»

Ce qu'a convenu le principal intéressé, qui a confié en entretien téléphonique être assez mature et prêt à faire le saut sous les projecteurs montréalais.

«J'ai eu la chance de grandir en regardant mon père (Tie) évoluer dans un marché comme Toronto, l'un des plus gros de la LNH, a rappelé Domi. J'ai toujours voulu me retrouver dans les souliers de mon père un jour — même si le marché de Montréal est légèrement différent de celui de Toronto —, et je suis très heureux. C'est une très belle opportunité pour moi, et j'ai hâte de contribuer à la relance de l'équipe.»

Quant à l'utilisation que le Canadien compte faire de Domi, Bergevin a été sans équivoque.

«C'est un ailier — oui, il a joué une période au centre l'an dernier et il peut dépanner —, mais en fin de compte nous sommes conscients qu'il est un ailier», a-t-il mentionné.

Minas Panagiotakis via Getty Images

Domi paraphe un contrat de 2 ans

Bergevin a profité de l'occasion pour indiquer que le Tricolore a accordé un contrat de deux saisons d'une valeur annuelle moyenne de 3,15 millions $US à Domi. Le d.g. a ainsi économisé 1,75 million $ par saison sur la masse salariale, mais s'est bien gardé de révéler ses plans pour la suite.

«Non, cette transaction n'a pas été faite afin d'économiser, a-t-il évoqué. On a décidé de faire des changements et on amène un gars, plus jeune, qui a eu de la difficulté en Arizona. De plus, Max deviendra joueur autonome sans compensation dans quatre ans, contre deux pour Alex, donc ça aussi ça apporte de la valeur.»

Alors, Bergevin a-t-il terminé ses emplettes, à une semaine du repêchage de la LNH à Dallas?

«Mon téléphone reste toujours ouvert», a-t-il dit, avant de prendre congé.