NOUVELLES
15/06/2018 14:25 EDT | Actualisé 15/06/2018 15:19 EDT

L'Iran l'emporte contre le Maroc à la Coupe du monde 2018 de soccer

C'est la première victoire d'un pays d'Asie à la Coupe du monde depuis le tournoi de 2010 en Afrique du Sud.

Un but marqué contre son camp à la cinquième minute du temps additionnel à offert à l'Iran une victoire de 1-0 aux dépens du Maroc à la Coupe du monde.

Envoyé sur le terrain à la 77e minute, l'attaquant marocain Aziz Bouhaddouz a plongé pour intercepter un coup franc dirigé dans la surface, mais il a malencontreusement redirigé le ballon dans son propre filet.

Pendant que Bouhaddouz dissimulait son visage dans le gazon et qu'il était consolé par certains de ses coéquipiers, on a eu droit à une explosion de joie parmi l'équipe iranienne, le personnel d'entraîneurs et les substituts s'amenant en trombe sur le terrain et bondissant de joie.

C'est la deuxième victoire de l'Iran en 13 matchs à la Coupe du monde et la première d'un pays d'Asie depuis le tournoi de 2010 en Afrique du Sud.

Avec l'Espagne et le Portugal dans le même groupe, cette rencontre était considérée comme un match à gagner pour les deux équipes négligées.

On s'attendait à un match à bas pointage, compte tenu des statistiques des équipes en qualifications. Le Maroc n'a pas cédé un but en six matchs de qualification en Afrique, tandis que l'Iran a connu une séquence parfaite de neuf matchs avant d'en accorder deux buts à son dernier des qualifications, alors que l'équipe de Carlos Queiroz était déjà assurée d'une deuxième Coupe du monde consécutive.

Alexander Demianchuk via Getty Images

Après une première mi-temps ouverte où les deux équipes ont créé des occasions, l'action est devenue presque aussi terne que le bruit de bourdonnement des trompettes à air comprimé omniprésentes à l'intérieur du stade de Saint-Pétersbourg. Il a ravivé les souvenirs des vuvuzelas qui ont marqué la Coupe du monde en Afrique du Sud.

Avant le but en fin de match, l'attaquant iranien Sardar Azmoun avait gaspillé la meilleure occasion juste avant la mi-temps. Il n'a pas été à la hauteur de son surnom, lui qui est affectueusement connu chez lui comme "le Lionel Messi iranien", quand il a reçu le ballon à ses pieds mais son faible tir a été arrêté.