DIVERTISSEMENT
15/06/2018 11:21 EDT | Actualisé 15/06/2018 11:23 EDT

Plusieurs artistes québécois en lice pour le prix Polaris

Pas moins du quart des 40 oeuvres musicales canadiennes en lice sont le fruit d'artistes du Québec!

Facebook/Hubert Lenoir

Bon nombre d'artistes du Québec, dont Arcade Fire, Pierre Lapointe, Philippe Brach, Hubert Lenoir et Loud, figurent sur la longue liste du prix Polaris dévoilée jeudi.

En fait, le quart des 40 oeuvres musicales canadiennes en lice pour le prix sont le fruit d'artistes du Québec. On y retrouve également The Barr Brothers, Jean-Michel Blais, Lydia Képinski, Pierre Kwenders, Mélissa Laveaux et Milk & Bone.

De nouveaux visages en ascension sur la scène musicale au Québec pourraient obtenir un coup de pouce supplémentaire avec le Polaris, comme la chanteuse Lydia Képinski (Premier Juin), qui, après un triomphe aux Francouvertes en 2016, a été Révélation de l'année au Gala alternatif de la musique indépendante du Québec (GAMIQ) l'année suivante.

«J'ai l'impression que tous les albums québécois qui sont nommés cette année méritent de gagner. Pour moi, c'est plus une victoire pour le Québec, que pour moi... C'est comment je l'ai pris ce matin. J'étais surtout heureuse de voir autant d'artistes québécois», a-t-elle fait valoir en entrevue téléphonique.

Appelée à se projeter dans l'avenir pour l'annonce de la courte liste cet été, puis pour la remise du prix en septembre, Lydia Képinski estime que cela doit changer «la façon qu'on est perçu dans le milieu».

«Ça paraît bien dans un CV. Ça peut aider pour des subventions. (...) Sur le coup, c'est (une bourse de) 50 000 $, c'est quand même non négligeable», a-t-elle affirmé.

Hubert Lenoir (Darlène) gagne aussi en popularité, lui qui avait deux bonnes nouvelles à célébrer, jeudi. Outre la nomination au Polaris, il a remporté le prix Félix-Leclerc de la chanson 2018 des Francos de Montréal, ce qui lui donne, comme les précédents lauréats, une invitation à chanter aux Francofolies de La Rochelle, en France.

«J'ai toujours défendu que mon album n'est pas un album de musique francophone, mais un album de musique, point. Le fait que le jury (du Polaris) soit principalement anglophone, que le prix soit assez axé sur le Canada anglais, on va se le dire, d'être reconnu à travers ça, oui, il y a quand même un sentiment pour moi. Ça fait plaisir», a souligné Hubert Lenoir.

Pour Camille Poliquin, du duo Milk & Bone, également sur la longue liste avec un premier album en 2015, le Polaris revêt une grande importance.

«Le Polaris pour Laurence (Lafond-Beaulne) et moi, je pense que c'est vraiment le prix musical le plus important dans le créneau qu'on fait au Canada», a-t-elle soutenu.

«Du côté de l'industrie musicale, on regarde beaucoup ces prix-là, que ce soit le Polaris au Canada, ou par exemple le Mercury Prize au Royaume-Uni, c'est quelque chose qui a un impact sur nos pairs. Côté étiquette, côté développement pour notre carrière, c'est quelque chose qui peut changer la donne énormément», a ajouté Camille Poliquin.

Un prix Polaris serait assurément bienvenu pour Milk & Bone, qui a fait récemment une tournée d'un mois aux États-Unis, avec une «réponse encore plus forte» que lors du premier album et des signes encourageants, selon Camille Poliquin.

Le rappeur Loud espère se rendre dans la courte liste, mais dit ignorer si cela pourrait lui ouvrir des portes.

«C'est bon pour la visibilité sans aucun doute. C'est quand même un prix prestigieux. (...) Mais après, je ne crois pas que c'est ça qui crée des "sensations" non plus. Peut-être que ça peut ouvrir des portes, il faut le vivre pour s'en rendre compte», a-t-il indiqué en entrevue.

Loud vient de faire près de 20 spectacles en France, et espère bâtir sur le travail accompli.

«Ce sont des salles relativement modestes, mais qu'on remplit. Et les gens connaissent les chansons. C'est motivant pour la suite», a-t-il indiqué.

«Les plans, (...) c'est vraiment la France, avec un peu la Belgique, la Suisse... la francophonie. On a beaucoup de choses à faire sur le marché québécois et sur le marché français. On concentre nos efforts là-dessus», a-t-il ajouté.

Gord Downie pour ses lettres à ses amis

Freudian, de l'étoile montante ontarienne du R&B Daniel Caesar, et Introduce Yerself du regretté Gord Downie, série de lettres d'amour écrites par le leader de Tragically Hip à ses amis peu avant sa mort, se retrouvent aussi sur la longue liste dévoilée jeudi.

Plusieurs têtes d'affiche indépendantes ailleurs au pays ont été nommées, notamment le groupe torontois Alvvays, avec Antisocialites, de même que Bahamas pour Earthtones et Charlotte Day Wilson pour Stone Woman.

Le jury du Polaris — formé de journalistes, de diffuseurs et de blogueurs — a aussi choisi un certain nombre d'albums concepts d'artistes autochtones.

Wolastoqiyik Lintuwakonawa, de Jeremy Dutcher, marie la voix du ténor avec des enregistrements centenaires de personnes parlant la langue wolastoq, tandis que The Average Savage, du duo hip-hop Snotty Nose Rez Kids, est un rejet ardent du racisme et des stéréotypes touchant les communautés dans les réserves.

La longue liste de 40 albums a été faite à partir de 225 entrées ayant passé l'étape des premiers bulletins.

Une courte liste des finalistes du prix Polaris sera dévoilée le 17 juillet et le prix, qui récompense le meilleur album enregistré au Canada et qui est assorti d'une bourse de 50 000 $, sera décerné lors d'un gala le 17 septembre à Toronto.

Arcade Fire, nommé pour son album disco-rock Everything Now sorti l'an dernier, avait décroché le prix Polaris en 2011 pour The Suburbs.

La chanteuse d'origine colombienne Lido Pimienta avait remporté le très convoité prix l'an dernier pour son album en langue espagnole La Papessa.

Parmi les anciens lauréats figurent Buffy Sainte-Marie (2015), Karkwa (2010) et Patrick Watson (2007).

À voir également :