NOUVELLES
14/06/2018 17:10 EDT | Actualisé 14/06/2018 17:10 EDT

Trudeau confiant de conserver la circonscription de Chicoutimi/Le Fjord

Le premier ministre a utilisé l'argument du pouvoir pour convaincre les électeurs de Saguenay.

THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot

Justin Trudeau est persuadé de conserver la circonscription de Chicoutimi/Le Fjord lundi, malgré un sondage qui place le Parti libéral du Canada (PLC) en deuxième place, loin derrière les conservateurs.

«Les sondages... on va voir ce qui va se passer lundi. Moi, ce que je vois, c'est que les gens se rassemblent. Il y a un sens d'unité à travers le Québec et à travers le pays», a affirmé M. Trudeau, accompagné de celle qui défend les couleurs de sa formation, Lina Boivin.

En ces temps d'incertitude économique et de guerre commerciale qui se dessine avec les Américains, le premier ministre a utilisé l'argument du pouvoir pour convaincre les électeurs de Saguenay — dont l'économie est encore dépendante de la production d'aluminium primaire — de voter pour le PLC.

Justin Trudeau a insisté sur l'importance d'avoir «une voix forte de la région autour de la table quand on est en train de défendre l'industrie de l'aluminium, quand on est en train de défendre nos producteurs laitiers».

Tarifs

Les thèmes débattus lors de cette élection partielle, rendue nécessaire à la suite de la démission du député Denis Lemieux qui a quitté pour des raisons familiales, sont dictés par les relations tendues qu'entretient le président Trump avec le gouvernement Trudeau.

Si on mesure encore mal l'influence des tarifs sur les exportations d'aluminium aux États-Unis, les agriculteurs de Saguenay sont inquiets d'éventuelles concessions sur la gestion de l'offre de la production laitière. Trudeau a d'ailleurs dû rassurer 150 producteurs laitiers qui s'étaient déplacés pour signifier leurs préoccupations la semaine dernière, à la veille du G7.

Pour le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, la population québécoise a plusieurs désaccords avec l'actuel gouvernement, notamment sur la gestion des frontières et sur la légalisation de la marijuana. «Il y a un sentiment partout au Québec que les promesses du gouvernement libéral n'ont pas été réalisées», croit le chef de l'opposition.

Selon M. Scheer, les bons résultats des conservateurs ne reflètent pas uniquement la notoriété de leur candidat, Richard Martel, qui a été entraîneur des Saguenéens de Chicoutimi pendant près de 10 ans.

«Notre caucus de Québec a fait des grands efforts pour connecter avec les Québécois et les Québécoises. (...) Nous sommes dans la troisième période. Il reste quelques minutes avant la fin du match, on travaille très fort jusqu'à la fin.»

Si la victoire semble bien loin pour le Bloc québécois, la formation indépendantiste se retrouve tout de même en troisième position, devant les néo-démocrates.

«Déjà, avec tout ce qui s'est passé, qu'on soit en avant du NPD, c'est déjà bon. Comme je le dis maintenant, on a un Bloc réunifié dans le comté, on va pouvoir mener une fin de campagne très efficace», affirme le chef bloquiste par intérim, Mario Beaulieu.

Il est venu prêter main-forte à la candidate bloquiste Catherine Bouchard-Tremblay, qui avait été imposée par Martine Ouellet au plus fort de la crise qui secouait le Bloc alors que l'exécutif local ne voulait pas présenter de candidat.

Les chefs des partis politiques fédéraux ont tous profité de la visibilité offerte par le départ du Grand défi Pierre Lavoie pour faire campagne ce jeudi à Saguenay et courtiser l'électorat en vue de l'élection complémentaire de lundi.