POLITIQUE
14/06/2018 12:16 EDT | Actualisé 14/06/2018 12:16 EDT

Maxime Bernier sort de son mutisme après avoir été expulsé du cabinet fantôme

«Friend, ça a été une semaine mouvementée!», écrit-il.

THE CANADIAN PRESS/Justin Tang

Le député Maxime Bernier, expulsé mardi soir du cabinet fantôme de son parti, est sorti de son mutisme en promettant de continuer à défendre les principes qui lui sont chers.

L'élu de Beauce a fait part de son intention jeudi dans un gazouillis publié sur Twitter ainsi que dans un courriel de financement envoyé à ses supporters.

«Friend, ça a été une semaine mouvementée!», écrit-il dans ce message où il invite les gens qui l'appuient à lui faire un don afin de rembourser la dette de sa campagne à la chefferie.

«Je voulais seulement vous dire que je suis toujours aussi déterminé à défendre nos principes conservateurs pour davantage de liberté et pour un gouvernement plus petit», poursuit-il.

«Et je continuerai à me battre pour ces principes, peu importe la position que j'occuperai. Friend, je voudrais aussi savoir: êtes-vous toujours avec moi?», s'enquiert le député Bernier.

Le Beauceron a été exclu du cabinet fantôme par son chef et ancien rival dans la course à la chefferie, Andrew Scheer.

Lorsqu'on lui a demandé d'expliquer pourquoi il avait puni Maxime Bernier, mercredi, le leader a signalé que ce dernier avait rompu une promesse qu'il avait faite au caucus conservateur.

Le député a été dépouillé de ses fonctions pour avoir publié sur son site internet un chapitre d'un livre à paraître dans lequel il réitère sa position sur la nécessité d'abolir la gestion de l'offre.

L'élu conservateur a cherché à défendre sa loyauté envers ses collègues du caucus, mercredi, sur Twitter.

«Le chapitre (...) mis en ligne sur mon site web est LE MÊME qui a été disponible pendant des semaines sur le site web de mon éditeur, mais qui a été retiré lorsque j'ai décidé de reporter indéfiniment la publication du livre», a-t-il écrit.

«Il n'y a rien de nouveau, je ne l'ai pas "publié"», a ajouté celui qui aime se faire appeler «Mad Max» dans un gazouillis en anglais.

Sur son site internet, il est écrit que le texte a été mis en ligne le 5 juin 2018, donc mardi dernier. Le controversé chapitre était toujours disponible au moment de publier ces lignes, jeudi matin.