BIEN-ÊTRE
14/06/2018 12:06 EDT | Actualisé 14/06/2018 13:45 EDT

Carey Price exhorte les papas à prendre un congé de paternité

Le gardien du CH s'est occupé de sa fille pendant des mois. Ce n'est pas donné à tous les pères!

Mari Photographie

La fille de Carey Price est née deux semaines après que le Canadien de Montréal a fini sa saison 2016, ce qui lui a donné une opportunité que plusieurs nouveaux papas n'ont pas : passer plusieurs mois à la maison avec son nouveau bébé, Liv.

Le gardien de but exhorte les pères à prendre un congé de paternité afin qu'ils puissent vivre la même expérience. Il s'est récemment associé à Dove Men+Care dans le cadre d'une campagne faisant la promotion du congé de paterné à l'échelle mondiale.

«C'était une période spéciale de ma vie. Je n'arrive pas à croire à quel point les deux dernières années ont passé vite. Être en mesure de prendre le temps d'en profiter était vraiment spécial pour moi et ma femme», affirme Carey en entrevue avec le HuffPost Canada.

«Il est important que les pères profitent de l'occasion pour développer un lien avec leurs enfants.»

MARI PHOTOGRAPHIE
Carey Price, sa femme Angela et leur fille Liv.

Mais, pour un certain nombre de raisons, les hommes canadiens ne prennent pas de congé de paternité.

Si 73% des hommes canadiens croient que les hommes devraient avoir droit à des congés parentaux égaux à ceux des femmes, les épouses ou partenaires des Canadiens prennent huit fois plus de temps de congé pour prendre soin de leur nouvel enfant, selon un nouveau sondage commandé par Dove Men + Care.

Un père canadien sur quatre n'a pas pris de congé lors de la naissance de leur enfant, selon l'étude menée auprès de 1530 hommes canadiens âgés entre 25 et 54 ans.

L'argent serait le facteur qui influence le plus les hommes à s'en priver, avec 75% des pères ou futurs pères canadiens déclarant qu'ils aimeraient prendre plus de temps libre, mais qu'ils ne peuvent pas se le permettre. La moitié d'entre eux ne se sentaient pas à l'aise de demander plus de temps à leurs supérieurs, et 28% ont dit craindre que leurs collègues les jugent.

Et leurs craintes ne sont pas sans fondement. Les pères qui assument des rôles de soignants auprès de leur famille font face à plus de harcèlement et de mauvais traitements en milieu de travail que les pères dits «traditionnels» et les hommes sans enfants, selon les recherches de la Rotman School of Management de l'Université de Toronto.

En 2017, le Canadien Glen Wood a intenté une poursuite contre son employeur japonais qui, selon lui, l'a harcelé à la suite de sa décision de prendre un congé de paternité. M. Wood dit que les pressions l'ont mené à la dépression et finalement à un congé de maladie (et non de paternité). Il a été officiellement renvoyé de son travail au Japon plus tôt cette année.

Bien que le Canada ait mis à jour sa politique sur les congés parentaux pour encourager les parents, et plus particulièrement les pères ou les partenaires, à prendre plus de temps en dehors du bureau, des obstacles demeurent. Dans sa nouvelle campagne, Dove Men+Care encourage les messieurs à défier ces obstacles.

Carey Price reconnaît que les hommes font face à des jugements sur les rôles homme-femme, ainsi qu'à un fardeau financier s'ils n'ont pas de congé de paternité payé. Mais c'est tellement important d'être là - pas seulement pour votre enfant, mais pour votre partenaire, a-t-il dit.

«C'est une période éprouvante pour une famille, en particulier pour les femmes. Il y a une demande physique, mentale et émotionnelle. Avoir un père comme système de soutien fait vraiment une grande différence», croit le sportif.

«Les premiers jours tournaient autour de l'allaitement, donc mon rôle était un peu limité, mais j'ai aidé de toutes les façons que je pouvais.»

Price dit que son rôle a évolué comme Liv, aujourd'hui âgée de 2 ans, a vieilli.

«Interragir avec elle alors qu'elle grandit est spécial, d'autant plus que je développe un lien père-fille avec elle. J'ai l'impression qu'au cours de l'année écoulée, il a été renforcé dix fois plus parce qu'elle n'est pas aussi dépendante de sa mère.»

MARI PHOTOGRAPHE

Si certains aspects de la parentalité ont été acquis facilement pour Price (Liv est un bon bébé, dit-il), d'autres ont été plus difficiles.

«Le sommeil a été le plus grand défi, affirme le gardien du CH, ajoutant que Liv se réveille parfois plusieurs fois par nuit. En plus de respecter un agenda strict et une routine de nuit constante due à ses obligations, Price offre son meilleur truc aux papas privés de sommeil : «le café», dit-il en riant.

Mais aussi, profitez simplement de chaque moment, aussi cliché que cela puisse paraître, conseille le sportif.

«Essayez et appréciez chaque moment que vous vivez, même les plus durs. Vous devez trouver une façon de comprendre que c'est une courte période dans la vie de votre enfant, et cela fait partie de l'expérience et quelque chose dont vous allez rire quand vous passez à la prochaine étape importante de leur vie.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été adapté de l'anglais.

VOIR AUSSI :

Galerie photo35 superbes photos de pères assistant à la naissance de leur enfant Voyez les images