BIEN-ÊTRE
13/06/2018 12:46 EDT | Actualisé 13/06/2018 12:46 EDT

Les symptômes de dépression des étudiants culminent en fin de session

La correspondance avec le cycle universitaire est «frappante».

Les symptômes de dépression chez les étudiants universitaires culminent en décembre, lorsque les travaux de fin de session sont dus et que les derniers examens approchent, ont constaté des chercheurs de l'Université Concordia.

La professeure agrégée de psychologie Erin Barker indique que «l'apogée des symptômes dépressifs correspond à celle du stress universitaire perçu».

Elle ajoute que les symptômes de dépression augmentent lorsque les étudiants ressentent une pression accrue et ont plus à faire. La correspondance avec le cycle universitaire est «frappante», dit-elle.

La professeure Barker et ses collègues se sont penchés sur les modèles d'évolution des symptômes dépressifs de deux groupes : des étudiants de première année à l'Université de l'Alberta et un mélange d'étudiants de première, de deuxième et de troisième année à Concordia.

Ils ont interrogé les deux groupes au sujet de leurs sentiments relatifs au stress et à la dépression au cours d'une année universitaire. Les étudiants ont rempli des questionnaires trois ou quatre fois, en septembre, en décembre, en janvier et en avril.

Selon Erin Barker, la dépression chez les étudiants a fait l'objet de recherches exhaustives, mais la littérature existante n'aborde que rarement, voire jamais, la période de l'année où les étudiants sont le plus à risque.

En étant à même de prévoir quand les symptômes seront les plus élevés durant l'année universitaire, les établissements pourront mieux aider les personnes les plus susceptibles de connaître un épisode dépressif, explique-t-elle.

Les conclusions de cette étude sont publiées par le Journal of Youth & Adolescence.