DIVERTISSEMENT
12/06/2018 09:10 EDT | Actualisé 12/06/2018 09:13 EDT

Robert Naylor n’a eu «aucun problème» à tourner des scènes d’amour avec France Castel

Les deux comédiens sont les têtes d'affiche du film «Quand l'amour se creuse un trou».

Paméla Lajeunesse

À l'affiche de Quand l'amour se creuse un trou, premier long métrage d'Ara Ball, Robert Naylor incarne un ado qui s'éprend d'une septuagénaire incarnée par France Castel.

C'est le genre de romance que l'on n'a pas forcément l'habitude de voir à l'écran. Après s'être laissé convaincre d'accompagner ses parents à la campagne pour remettre de l'ordre dans sa vie et terminer ses études, Miron, 17 ans, fait la connaissance de Florence, 73 ans. Entre le jeune rebelle et la septuagénaire se développe une grande complicité qui ne tarde pas à se transformer en relation amoureuse et passionnée.

«C'est une histoire peu commune et c'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai choisi de faire ce film», confie l'interprète de Miron, Robert Naylor, au HuffPost Québec. «On accepte plus facilement de voir un homme âgé avec une jeune femme. C'est moins tabou qu'une relation entre une femme âgée et un jeune homme.»

Photo Gallery
Première de «Quand l'amour se creuse un trou»
See Gallery

Un parfum de scandale

Pour son premier long métrage, le cinéaste québécois Ara Ball s'est inspiré du Harold et Maude de Hal Ashby, film culte des années 70 qui racontait l'histoire d'amour entre un jeune homme obsédé par le suicide et une vieille dame respirant la joie de vivre. Dans Quand l'amour se creuse un trou, Miron ne partage pas la même passion morbide que Harold, mais son idylle avec une femme de plus de 50 ans son aînée dégage le même parfum de scandale.

«C'est sûr que ça pourra choquer certains, reconnaît Robert Naylor. Mais en tournant le film, on n'en avait pas tellement conscience. C'est après qu'on a réalisé que cette relation allait faire jaser.» Pour les besoins du film, le jeune comédien, révélé dans 10½ de Podz en 2010, a échangé quelques baisers et scènes d'amour avec France Castel. Pas de quoi pour autant le mettre mal à l'aise.

«J'ai déjà joué des rôles assez exigeants. Je me suis retrouvé tout nu devant la caméra, j'ai également été torturé à l'écran, alors l'amour avec une personne âgée, c'était pour moi le moins choquant de tous mes rôles, dit-il. Je n'ai eu aucun problème à tourner ces scènes. J'avais des petites craintes au début, mais après les premières journées passées avec France, j'ai compris qu'il n'y aurait pas de problème. J'ai découvert une femme de 73 ans avec un enthousiasme incroyable et une énergie que même moi je n'avais pas.»

Le duo de Victor Lessard reformé

Outre France Castel, avec qui il tournait pour la première fois, Robert Naylor a fait la connaissance de Patrice Robitaille et Julie Le Breton. L'excellent duo de la série Victor Lessard, vu également dans De père en flic 2, s'est reformé au grand écran pour se glisser dans la peau des parents (en pleine crise de couple) du jeune Miron. «Ils ont développé une alchimie incroyable à force de jouer ensemble, confie Robert Naylor. Ce sont aussi deux personnes très généreuses qui m'ont rendu le tournage facile.»

Passionné de musique depuis le plus jeune âge, l'acteur a, par ailleurs, composé l'intégralité de la trame sonore de Quand l'amour se creuse un trou. «Je me suis inspiré d'artistes comme Aphex Twin et Boards of Canada pour créer une atmosphère qui évoque les années 90 (l'époque où se déroule le film). J'ai commencé à travailler sur la musique à la fin du tournage. Ça m'a pris cinq mois en tout. J'ai dû refuser plusieurs rôles. C'était la première fois que je faisais de la musique pour un film, alors je voulais vraiment m'assurer de concentrer tout mon temps et mon énergie là-dessus.»

Quand l'amour se creuse un trou sortira en salles le 15 juin.

À voir également :

Photo Gallery
Les nouveautés de la semaine sur Netflix Canada
See Gallery