POLITIQUE
12/06/2018 11:16 EDT | Actualisé 12/06/2018 11:16 EDT

Philippe Couillard prédit qu’il aura «beaucoup de jeunes femmes» parmi ses candidats

L’ère des «vieux hommes blancs» est-elle révolue au PLQ?

LA PRESSE CANADIENNE
À propos des nombreux libéraux qui quittent le navire, le premier ministre du Québec refuse d'y voir un désaveu de son gouvernement.

QUÉBEC – Après avoir mis de côté des députés tels que Gerry Sklavounos ou Yves St-Denis, accusés d'inconduites sexuelles, le Parti libéral du Québec (PLQ) est-il en selle pour attirer davantage de jeunes femmes dans ses rangs?

En entrevue à l'émission Gravel le matin à Radio-Canada, le chef libéral Philippe Couillard a laissé entendre qu'il y en aurait «beaucoup» parmi ses candidatures à temps pour les prochaines élections.

«On va avoir une équipe de candidats fortement renouvelée, beaucoup de jeunes femmes. J'en suis très, très heureux», a répondu M. Couillard, qui se défendait à propos des nombreux départs au sein des troupes libérales.

Je pense que s'il y a quelqu'un qui n'a pas abandonné Pierre Paradis, c'est bien moi.

Lundi, le ministre Geoffrey Kelley a annoncé qu'il ne se représentait pas aux prochaines élections. Il devenait donc le huitième ministre et le 17e député libéral à quitter le navire.

M. Couillard refuse d'y voir un désaveu de son gouvernement. «Bien sûr, on regrette le départ de ces collègues, mais la plupart le font pour de bonnes raisons qui sont largement personnelles», a-t-il commenté au micro d'Alain Gravel.

Selon la plus récente mise à jour de la «Vigie parité» du Devoir, Québec solidaire compte le plus de candidatures féminines (56,57%), suivi de la Coalition avenir Québec (51,11%). Le PLQ est cependant dans la zone paritaire avec 44,26% de candidates femmes.

«Beaucoup d'amitié» pour Pierre Paradis

En entrevue avec La Presse, l'ex-ministre devenu député indépendant Pierre Paradis s'est dit «abandonné, humilié et trahi» par son chef. Rappelons que M. Paradis a été sévèrement blâmé par la nouvelle commissaire à l'éthique pour ses frais d'allocation à Québec.

Le député de Brome-Missisquoi a été expulsé du caucus libéral à la suite d'allégations d'inconduite sexuelle formulées par son ancienne chef de cabinet, Valérie Roy. Il a toujours maintenu son innocence. Au même moment, ou presque, il a subi une autre commotion cérébrale qui l'a laissé fortement diminué.

M. Couillard a répondu qu'il a toujours «beaucoup d'amitié» pour M. Paradis, malgré les «événements difficiles qu'il a vécus» dans les derniers mois. Il s'est aussi défendu de l'avoir abandonné.

«Je rappellerais que c'est moi, en tant que chef d'opposition, qui l'ai littéralement ressorti de l'obscurité où il était depuis quelques années pour en faire un des critiques principaux, qui l'ai nommé au conseil des ministres, qui lui ai accordé ma confiance pendant plusieurs années.»

«Je pense que s'il y a quelqu'un qui n'a pas abandonné Pierre Paradis, c'est bien moi», a renchéri M. Couillard.

M. Paradis ne se représentera pas à l'Assemblée nationale avant la fin de la session en raison de ses problèmes de santé et il est à peu près certain qu'il ne se représentera pas aux prochaines élections. La sommelière Jessica Harnois est d'ailleurs pressentie pour porter les couleurs libérales dans la circonscription cet automne.