POLITIQUE
11/06/2018 14:32 EDT | Actualisé 11/06/2018 14:32 EDT

Québec veut mettre sur pied un réseau international francophone pour la défense des droits LGBTQ

L'homosexualité demeure criminalisée dans quelque 72 pays à travers le monde, dont une quinzaine sont membres de l'Organisation internationale de la francophonie.

Photo d'archives du défilé de la fierté gaie à Montréal.
Getty Images
Photo d'archives du défilé de la fierté gaie à Montréal.

Québec se positionne comme champion de la défense des droits des communautés LGBTQ de la francophonie.

La ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, a annoncé lundi l'octroi de 4 millions $ à Montréal international pour la mise sur pied d'un réseau international francophone consacré à la protection et l'avancement des droits des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans et queer à travers le monde.

L'homosexualité demeure criminalisée dans quelque 72 pays à travers le monde, dont une quinzaine sont membres de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Elle fait également l'objet d'une forte discrimination dans plusieurs autres pays où elle n'est pas criminalisée.

Cependant, la mouvance internationale pour la défense des droits de la communauté LGBTQ est majoritairement dominée par les milieux anglophones.

L'objectif de cet effort est de tisser des liens et offrir des outils de soutien aux militants francophones qui défendent ces droits, ainsi qu'aux personnes qui sont victimes de discrimination, pour qui la langue demeure une barrière parfois importante à l'action.

Les actions du futur réseau ne viseront pas à imposer les valeurs occidentales dans des pays où l'homosexualité n'est pas acceptée, mais bien à protéger les droits de ces personnes.

La Presse canadienne/Francis Vachon
Photo d'archives de Christine St-Pierre.

On entend ainsi privilégier une approche mesurée, graduelle, axée sur l'aide et le soutien des organisations de la société civile sur le principe que l'avancement des droits n'est possible que lorsque ce sont les citoyens d'un pays qui le réclament eux-mêmes.

Québec estime être dans une position privilégiée pour être le fer-de-lance de ce mouvement d'une part en raison de ses liens avec les pays francophones d'Afrique, du Maghreb et d'autres régions sensibles, mais aussi parce qu'il n'a pas de passé colonial.

Cependant, la ministre St-Pierre a dit espérer que la démarche du Québec soit une inspiration pour les autres acteurs internationaux de la francophonie, notamment la France elle-même.

Le président et directeur général de Montréal international, Hubert Bolduc, a dit s'attendre à rendre le réseau fonctionnel d'ici 12 à 18 mois.

Un comité d'orientation a été mis sur pied, ce qui mènera ensuite à des embauches pour assurer une permanence au départ et recruter un conseil d'administration dont au moins la moitié des représentants doivent venir de l'extérieur du Canada et où au moins trois pays doivent être représentés afin de répondre aux critères gouvernementaux de reconnaissance d'un organisme international.