BIEN-ÊTRE
10/06/2018 17:03 EDT | Actualisé 10/06/2018 17:03 EDT

Comment les orages peuvent exacerber nos émotions?

Lorsque la météo se déchaîne, la tempête peut aussi être intérieure.

Getty Images

Une science s'intéresse aux corrélations entre la météo, la santé et plus largement les êtres vivants, la biométéorologie. Au sein de Météo France, une commission est chargée d'étudier ces questions. Et cela va de "l'influence des conditions atmosphériques dans les domaines des pathologies respiratoires, cardio-vasculaires et neuro-psychiatriques" à la pollution atmosphérique ou encore à l'impact de la météo sur les animaux.

Comment ces phénomènes météorologiques influent sur nos émotions et notre humeur, mais aussi sur certaines maladies chroniques?

Orage et asthme font mauvais ménage

Concernant ces dernières, l'asthme en particulier, une étude publiée en 2017 par des chercheurs de l'Université de Georgia aux Etats-Unis ont montré que lorsqu'il y avait une conjonction de pluies, de vent et d'éclairs et que cela correspondait une période de dispersion des pollens, cela avait de vraies conséquences sur les personnes asthmatiques. L'humidité d'abord, ouvrait les grains, l'activité électrique en permettait la fragmentation et les vents, la dispersion. Plusieurs exemples, notamment en Australie, ont montré que ces conditions météorologiques pouvaient provoquer des problèmes de santé à grande échelle pour les populations fragiles.

Pour ce qui est des émotions et de notre humeur, il est plus difficile d'être aussi affirmatif. Une chose est sûre, les conditions météorologiques ne créent pas à proprement parler d'émotion chez nous, elles peuvent en revanche les exacerber: "Le temps orageux, lourd, peut aggraver une certaine mélancolie, explique Jacques Waynberg sexologue et directeur de l'Institut de sexologie interrogé par Le HuffPost. Chez une personne hyperactive, cela peut augmenter son potentiel. Il s'agit d'un climat aggravant psychologiquement mais il ne va pas créer des émotions qui n'existaient pas déjà en nous. La pulsion émotionnelle pourra être plus grande".

Et cela n'est pas toujours lié directement à la météo en elle-même mais aux conséquences qu'elle engendre: lorsqu'il pleut pendant plusieurs jours ou que les orages n'en finissent plus par exemple, on reste plus enfermé qu'en temps normal et cela peut provoquer chez certaines personnes de l'irritabilité, de l'anxiété voire des symptômes dépressifs.

"Une météo qui se déchaîne à l'extérieur peut agir sur notre envie"

Pour ce qui est de la pulsion sexuelle, de la libido, la question d'une possible corrélation entre temps orageux et appétit sexuel semble assez évidente à Jacques Waynberg. "Quand il y a de l'orage, l'air est chargé en électricité et cela peut avoir de l'influence", affirme-t-il. "Notre corps est sans cesse traversé par un nombre énorme d'ondes d'origine diverses. Quand on utilise un téléphone par exemple mais aussi quand un orage a lieu près de nous ou quand l'activité solaire est vive."

La corrélation entre fortes activités solaires et conséquences sur les êtres humains d'un point de vue cardiovasculaire, psychiatrique et comportemental est encore sujet à de nombreuses discussions au sein de la communauté scientifique. De nombreuses corrélations ont été faites mais peu d'études sont parvenues à expliquer précisément par exemple comment les orages, notamment géomagnétiques, pouvaient avoir de telles influences sur nous.

"De la même façon qu'une musique très forte qui résonne en nous peut nous donner encore plus envie de faire l'amour, une météo qui se déchaîne à l'extérieur peut agir sur notre envie", avance aussi Jacques Waynberg. Est-ce une façon de se mettre au diapason des éléments déchaînés? Plusieurs sondages ont été publiés sur le sujet. Ainsi selon une étude menée en ligne par une marque de préservatifs américaine en 2010, 70% du millier d'internautes sondés ont déjà eu une relation sexuelle pendant un orage et 83% disent préférer faire l'amour quand il pleut. Alors, il y a de l'électricité dans l'air?

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.