NOUVELLES
09/06/2018 12:21 EDT | Actualisé 09/06/2018 13:43 EDT

L’extrême-droite éclipsée au G7 par... les Vietnamiens!

Ils dénoncent la présence du premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc à une discussion sur l’environnement en marge du G7.

Olivier Robichaud

Un imposant contingent de manifestants vietnamiens anti-communistes a investi la «zone de libre expression» du G7, à La Malbaie. Leur présence samedi a éclipsé celle d'un groupe d'extrême-droite.

Plus d'une centaine de personnes brandissant l'ancien drapeau du Sud-Vietnam se sont présentées à La Malbaie. Selon une organisatrice, Holy Ha, des actions simultanées ont réuni des centaines d'autres manifestants à New York, à Vancouver et dans diverses villes européennes.

Ils ont dénoncé la présence du premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc à une discussion sur l'environnement en marge du G7. Ils accusent le régime communiste de détruire les bancs de poisson en acceptant les déchets industriels chinois.

Leur présence a jeté de l'ombre sur tous les autres groupes présents dans la zone de libre expression. On comptait notamment des manifestants ukrainiens réclamant la libération de prisonniers en Russie et des Coréens dénonçant la rencontre à venir entre Donald Trump et Kim Jong-un.

Un groupe d'extrême-droite nommé Québec Libre en Action avait également annoncé sa présence pour midi. Finalement, ils ont investi la zone vers 13h.

Leur présence a été moins forte que prévu: une vingtaine de personnes ont manifesté contre la mondialisation et contre l'immigration illégale. Selon la fondatrice du groupe, Carole Godon, les membres étaient démobilisés à cause de la distance entre Québec et La Malbaie, et aussi à cause de la manifestation anti-immigration organisée par Storm Alliance la semaine dernière, à Saint-Bernard-de-Lacolle.

Mme Godon dit craindre l'impact de l'immigration illégale au Québec.

«Il y a des enfants qui se font enlever, on a peur de laisser nos enfants sortir! J'ai jamais connu ça au Québec, c'est tout nouveau ça là là!», affirme-t-elle.

En réalité, la criminalité est en baisse constante au Québec et au Canada depuis les années 1990, selon les chiffres de Statistique Canada.

Les antifascistes ne se sont pas présentés à La Malbaie samedi, malgré certaines craintes que le militant Jaggi Singh fasse une apparition. Un enseignant de la région qui manifeste en solo depuis vendredi a toutefois écrit «Nous sommes tous des immigrants» sur une affiche lorsqu'il a vu les membres de Québec Libre en Action. Un débat enflammé, mais pacifique, s'en est suivi.

«On n'est pas des immigrants, on est des colonisateurs!», a scandé fièrement un militant du groupe d'extrême-droite.

Vers 13h30, tous les groupes avaient quitté la zone de libre expression, sauf Québec Libre en Action.