NOUVELLES
06/06/2018 19:12 EDT | Actualisé 06/06/2018 19:12 EDT

Un moine japonais venu pour le G7 attire les regards à La Malbaie

On ralentit pour le prendre en photo ou le saluer.

On ralentit pour le prendre en photo ou le saluer, on le klaxonne alors qu'il déambule sur la route qui jouxte le fleuve Saint-Laurent: le moine bouddhiste japonais Toyoshige Sekigushi est devenu une petite célébrité à La Malbaie.

Tambourinant sur un instrument traditionnel, il marchait d'un pas rapide, mercredi après-midi — et ce, même s'il vient d'effectuer le trajet entre Québec et la petite ville charlevoisienne à la marche.

Il est venu à La Malbaie spécialement pour le sommet G7 afin de parler en faveur d'un traité sur l'interdiction des armes nucléaires, explique-t-il dans un anglais hésitant.

Pour mieux se faire comprendre, il pointe le drap tendu sur un bâton de bois sur lequel ce message est écrit en plusieurs langues.

Vise-t-il plus particulièrement le président des États-Unis, Donald Trump, qui doit rencontrer le 12 juin prochain le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un?

Le moine bouddhiste ne répond pas, sourit et presse le pas en prononçant à répétition le mot «city hall» (hôtel de ville).

C'est là que l'attendait le maire de La Malbaie, Michel Couturier, pour une rencontre en fin d'après-midi, comme l'a rapporté une station de radio locale.

Selon CIHO FM, le premier magistrat a fait signer au visiteur japonais le livre d'or de La Malbaie.