DIVERTISSEMENT
03/06/2018 08:26 EDT | Actualisé 03/06/2018 22:33 EDT

«Le problème d'infiltration» et «Chien de garde» en tête au Gala Québec cinéma

Édith Cochrane et Guylaine Tremblay assureront l'animation.

«Le problème d'infiltration» de Robert Morin et «Chien de garde» de Sophie Dupuis, dominent le tableau des finalistes du 20e Gala Québec cinéma, avec six mises en nomination chacun.

Les films «Boost» de Darren Curtis et «Les Affamés» de Robin Aubert, en lice dans respectivement cinq et quatre catégories, peuvent également se démarquer dimanche soir, au cours de la cérémonie qui sera à nouveau animée par Édith Cochrane et Guylaine Tremblay.

La soirée, diffusée à compter de 20 h sur les ondes de Radio-Canada, fera un total de 13 gagnants.

Les aspirants au prestigieux titre de meilleur film sont «Le problème d'infiltration», «Les Affamés», «Boost», «Chien de garde», «La petite fille qui aimait trop les allumettes», «Les rois mongols» et «Tuktuq».

Les réalisateurs Robin Aubert («Les Affamés»), Darren Curtis («Boost»), Sophie Dupuis («Chien de garde»), Robert Morin («Le problème d'infiltration») et Luc Picard («Les rois mongols») se disputeront la statuette de meilleur réalisateur.

Dans la catégorie de la meilleure interprétation féminine dans un premier rôle, le prix est convoité par Charlotte Aubin («Isla Blanca»), Mélissa Désormeaux-Poulin «Le Trip à trois»), Denise Filiatrault («C'est le coeur qui meurt en dernier»), Maude Guérin («Chien de garde») et Élise Guilbault («Pour vivre ici»).

Chez les hommes, la lutte se fera entre Christian Bégin («Le problème d'infiltration»), Jesse Camacho («We're Still Together»), Patrick Huard («Bon Cop Bad Cop 2»), Joey Klein («We're Still Together») et Jean-Simon Leduc («Chien de garde»).

Une première vague de prix a déjà été remise mardi, lors d'un gala distinct où les artisans du film de zombies «Les Affamés» ont récolté cinq statuettes.

«Hochelaga, Terre des Âmes» s'y est également illustré, avec quatre prix Iris, notamment pour la direction artistique signée par François Séguin et la direction de la photographie de Nicolas Bolduc, mais le film de François Girard ne compte plus qu'une seule mise en nomination dimanche.

Dimanche, l'Iris Hommage 2018 sera par ailleurs décerné à André Forcier pour plus de 50 ans d'une production bien encastrée dans l'imaginaire québécois avec des films tels que «Bar Salon» (1974), «L'eau chaude, l'eau frette» (1976), «Kalamazoo» (1988), «Le Vent du Wyoming» (1994), ou encore «Je me souviens» (2009).

La cérémonie, autrefois appelée le gala des Jutra, avait été rebaptisée dans la foulée de la controverse entourant le cinéaste qui lui prêtait son nom.